Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur

Fête de la Visitation de Marie à Élisabeth.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 1,39-56

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Église catholique et l'Église anglicane font mémoire aujourd'hui de la Visitation de Marie à Élisabeth. L'Évangile que nous venons d'entendre nous annonce cet événement. Après avoir entendu de l'ange qu'Élisabeth est enceinte, aussitôt, Marie court auprès d'elle. " Avec empressement ", écrit saint Luc. L'Évangile nous presse tout le temps, il nous pousse hors de nos habitudes, de nos soucis et préoccupations. Que de soucis devait avoir Marie en ces heures, après que la Parole de Dieu eut bouleversé toute sa vie ! L'Évangile nous met debout et nous pousse hors de nous-mêmes pour être aux côtés de ceux qui souffrent, ou qui ont besoin d'aide, comme Élisabeth qui, à son âge, affrontait une maternité difficile. Dès qu'elle voit la jeune Marie venir chez elle, Élisabeth se réjouit profondément, jusqu'au fond des entrailles. C'est la joie des faibles et des pauvres qui se voient visités par les " servantes " et par les " serviteurs " du Seigneur, c'est-à-dire par ceux et celles " qui ont cru à l'accomplissement des paroles qui leur furent dites de la part du Seigneur ". Accueillie avec foi, la Parole de Dieu établit une alliance nouvelle dans le monde, un pacte insolite, celui qui unit les disciples de l'Évangile et les pauvres. Marie est devenue la première des croyants. Elle apparaît dès le départ marquée du signe de la béatitude de ceux qui écoutent la Parole de Dieu. C'est la première béatitude de l'Évangile, ainsi que l'écrivait saint Luc : " Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ". Le bonheur de Marie, la première disciple de l'Évangile, s'exprime par le chant du Magnificat. Ce chant manifeste toute la joie d'une jeune fille pauvre venue d'un village perdu de la périphérie de l'Empire, sa joie de voir que le Seigneur du ciel et de la terre s'est penché sur elle, sa pauvre servante. Marie ne se juge pas digne de cette considération qu'en général nous prétendons tous pour nous-mêmes. Elle sait que tout lui vient de Dieu et que toute sa force et sa grandeur sont de lui ; le Dieu qui a délivré Israël, défendu les pauvres, humilié les superbes, comblé de biens les affamés, s'est penché sur elle et l'a aimée. Et elle l'a accueilli dans son cœur. Depuis ce jour, par elle, Dieu a mis sa demeure au milieu des hommes et des femmes.