Prière de la Sainte Croix

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres,
la libération des prisonniers,
la vue aux aveugles,
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Genèse 46,1-7.28-30

Israël, c’est-à-dire Jacob, se mit en route avec tout ce qui lui appartenait. Arrivé à Bershéba, il offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac,
et Dieu parla à Israël dans une vision nocturne. Il dit : « Jacob ! Jacob ! » Il répondit : « Me voici. »
Dieu reprit : « Je suis Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains pas de descendre en Égypte, car là-bas je ferai de toi une grande nation.
Moi, je descendrai avec toi en Égypte. Moi-même, je t’en ferai aussi remonter, et Joseph te fermera les yeux de sa propre main. »
Jacob partit de Bershéba. Ses fils l’installèrent, avec leurs jeunes enfants et leurs femmes, sur les chariots que Pharaon avait envoyés pour le transporter.
Ils prirent aussi leurs troupeaux et les biens qu’ils avaient acquis au pays de Canaan. Jacob arriva en Égypte avec toute sa descendance.
Ainsi donc, ses fils et ses petits-fils, ses filles et ses petites-filles, bref toute sa descendance, il les emmena avec lui en Égypte.
Jacob avait envoyé Juda en avant vers Joseph, pour préparer son arrivée dans le pays de Goshèn. Quand ils furent arrivés dans le pays de Goshèn,
Joseph fit atteler son char et monta à la rencontre de son père Israël. Dès qu’il le vit, il se jeta à son cou et pleura longuement dans ses bras.
Israël dit à Joseph : « Maintenant que j’ai revu ton visage, je peux mourir, puisque tu es encore vivant ! »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

La longue histoire de Joseph, de son interprétation des rêves, qui suscita la jalousie de ses frères et attira leur violence sur lui, se conclut avec le récit de sa rencontre avec son père. Jacob est à Canaan ; il veut voir son fils avant de mourir. Il décide donc d'aller en Égypte. Il ne peut mourir avant de l'avoir revu. Jacob se met donc en route. Il amène avec lui toute sa famille, afin que tous se réconcilient avec ce fils qui avait été vendu aux Égyptiens. La rencontre est pleine d'émotion ; elle permet à Jacob de se réconcilier avec toute sa vie, au point qu'il s'exclame : " Je peux même mourir ". La véritable aspiration de Jacob, du peuple de Dieu, est que personne ne soit perdu. Pour cela, il se met en voyage, même à un âge avancé, avec tous les inconvénients et les dangers que cela comporte, pour retrouver le fils de ses rêves. En le voyant, il comprend que la bénédiction de Dieu s'est réalisée. La jalousie violente et homicide des frères, provoquée par la prédilection pour " l'homme aux songes ", était le fruit du mal et un motif de confrontations grandissantes. Pour le Seigneur, en revanche, tout coopère au bien et le plus grand est celui qui se fait le serviteur de tous. Les différences, comme les rêves de Joseph, étaient aussi une richesse pour les frères, même s'ils ne l'avaient pas compris. Ils l'avaient même vendu. Les charismes de Joseph n'étaient pas là pour provoquer la division ou le conflit. Ils étaient, au contraire, un don reçu du Seigneur pour le bien de tous. Et c'est bien ce qui est arrivé.