Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur

Fête de Notre Dame du Mont-Carmel


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Exode 2,1-15

Un homme de la tribu de Lévi avait épousé une femme de la même tribu.
Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils. Voyant qu’il était beau, elle le cacha durant trois mois.
Lorsqu’il lui fut impossible de le tenir caché plus longtemps, elle prit une corbeille de jonc, qu’elle enduisit de bitume et de goudron. Elle y plaça l’enfant, et déposa la corbeille au bord du Nil, au milieu des roseaux.
La sœur de l’enfant se tenait à distance pour voir ce qui allait arriver.
La fille de Pharaon descendit au fleuve pour s’y baigner, tandis que ses suivantes se promenaient sur la rive. Elle aperçut la corbeille parmi les roseaux et envoya sa servante pour la prendre.
Elle l’ouvrit et elle vit l’enfant. C’était un petit garçon, il pleurait. Elle en eut pitié et dit : « C’est un enfant des Hébreux. »
La sœur de l’enfant dit alors à la fille de Pharaon : « Veux-tu que j’aille te chercher, parmi les femmes des Hébreux, une nourrice qui, pour toi, nourrira l’enfant ? »
La fille de Pharaon lui répondit : « Va. » La jeune fille alla donc chercher la mère de l’enfant.
La fille de Pharaon dit à celle-ci : « Emmène cet enfant et nourris-le pour moi. C’est moi qui te donnerai ton salaire. » Alors la femme emporta l’enfant et le nourrit.
Lorsque l’enfant eut grandi, elle le ramena à la fille de Pharaon qui le traita comme son propre fils ; elle lui donna le nom de Moïse, en disant : « Je l’ai tiré des eaux. »
Or vint le jour où Moïse, qui avait grandi, se rendit auprès de ses frères et les vit accablés de corvées. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu, l’un de ses frères.
Regardant autour de lui et ne voyant personne, il frappa à mort l’Égyptien et l’enfouit dans le sable.
Le lendemain, il sortit de nouveau : voici que deux Hébreux se battaient. Il dit à l’agresseur : « Pourquoi frappes-tu ton compagnon ? »
L’homme lui répliqua : « Qui t’a institué chef et juge sur nous ? Veux-tu me tuer comme tu as tué l’Égyptien ? » Moïse eut peur et se dit : « Pas de doute, la chose est connue. »
Pharaon en fut informé et chercha à faire tuer Moïse. Celui-ci s’enfuit loin de Pharaon et habita au pays de Madiane. Il vint s’asseoir près du puits.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le récit de la naissance de Moïse frappe d'étonnement. Moïse vient de la tribu de Levi, une tribu qui était maudite à cause de sa violence (Gn 49,5-7) ; il porte un nom égyptien et, depuis son plus jeune âge, il a été complètement intégré à la culture égyptienne. Moïse est en effet élevé dans la maison de Pharaon. Ce sont des éléments contradictoires, qui n'empêchent toutefois pas Dieu de le choisir pour libérer le peuple d'Israël. Au contraire, le dessein de Dieu, à travers l'histoire de Moïse, révèle la valeur de grandir ensemble, même si le monde de cette époque semble souvent étranger à notre mentalité et à notre culture. Moïse se présente comme celui qui a été sauvé des eaux, et, en effet, Dieu le sauve, comme pour indiquer par avance la mission qu'il confiera à cet enfant pour son peuple, c'est-à-dire le libérer de l'esclavage en passant à travers les eaux de la mer. Le destin d'Israël semblait marqué à jamais par la servitude, mais Dieu n'abandonne pas les hommes, ni les pauvres, ni les esclaves, ni les condamnés de ce monde. Il continue à susciter de nombreux Moïse pour qu'ils puissent tracer un chemin de liberté l'emportant sur la résignation. En vérité, Moïse continue à nous rappeler, avec son histoire, que tout est possible à celui qui croit.