Prière de la Sainte Croix

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres,
la libération des prisonniers,
la vue aux aveugles,
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Exode 11,10-12,14

Moïse et Aaron avaient accompli toutes sortes de prodiges devant Pharaon ; mais le Seigneur avait fait en sorte que Pharaon s’obstine ; et celui-ci ne laissa pas les fils d’Israël sortir de son pays.
Dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron :
« Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année.
Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison.
Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger.
Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau.
Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil.
On prendra du sang, que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera.
On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères.
Vous n’en mangerez aucun morceau qui soit à moitié cuit ou qui soit bouilli ; tout sera rôti au feu, y compris la tête, les jarrets et les entrailles.
Vous n’en garderez rien pour le lendemain ; ce qui resterait pour le lendemain, vous le détruirez en le brûlant.
Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur.
Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements : Je suis le Seigneur.
Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d’Égypte.
Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Seigneur continue à parler à Moïse et à Aaron pour qu'ils puissent affronter Pharaon avec courage et avec force et libérer le peuple d'Israël de l'esclavage. Cette page semble souligner que la libération du peuple de l'esclavage du mal - mais cela vaut aussi pour la libération de chaque croyant - ne se produit pas par le recours à la magie. Il faut un travail continu et un engagement courageux. La libération signifie rompre les nombreux filets qui emprisonnent les hommes dans une logique perverse. Dieu promet à Moïse et à Aaron la " Pâque ", c'est-à-dire le passage qui inaugure la libération de l'esclavage vers la liberté, la victoire de l'amour sur le péché. Dieu prescrit le repas avec l'agneau, cette Pâque que Jésus célébrera avec ses disciples, le nouveau peuple qu'il s'était choisi. L'agneau sera la nourriture et la protection, parce que son sang sera répandu sur les poutres et sur les linteaux des maisons qui doivent être épargnées. Ces prescriptions trouvèrent leur plénitude dans la Pâque du Seigneur Jésus, véritable agneau sacrifié pour nous ouvrir à la pleine victoire sur le mal, au passage plus difficile et indispensable, celui de la mort à la vie. Jésus est l'agneau que Jean Baptiste montre, le dernier sacrifice pour un amour entier, confirmé une fois pour toutes. Dieu indique comment consommer la Pâque. Dans de nombreuses représentations de la dernière cène, les apôtres sont représentés des bâtons à leurs pieds, pour indiquer la demande de Dieu de manger les sandales aux pieds, le bâton à la main. C'est aussi la représentation du disciple qui est toujours prêt, qui ne se laisse pas emprisonner par la logique des desseins du mal. Ce jour sera pour le peuple de Dieu un mémorial, célébré comme une fête du Seigneur.