Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Juges 6,11-24a

L’ange du Seigneur vint s’asseoir sous le térébinthe d’Ofra, qui appartenait à Joas, de la famille d’Abiézer. Gédéon, son fils, battait le blé dans le pressoir, pour le soustraire au pillage des Madianites.
L’ange du Seigneur lui apparut et lui dit : « Le Seigneur est avec toi, vaillant guerrier ! »
Gédéon lui répondit : « Pardon, mon Seigneur ! Si le Seigneur est avec nous, pourquoi tout ceci nous est-il arrivé ? Que sont devenus tous ces prodiges que nous ont racontés nos pères ? Ils nous disaient : “Est-ce que le Seigneur ne nous a pas fait monter d’Égypte ?” Mais aujourd’hui le Seigneur nous a abandonnés, en nous livrant au pouvoir de Madiane... »
Alors le Seigneur regarda Gédéon et lui dit : « Avec la force qui est en toi, va sauver Israël du pouvoir de Madiane. N’est-ce pas moi qui t’envoie ? »
Gédéon reprit : « Pardon, mon Seigneur ! Comment sauverais-je Israël ? Mon clan est le plus faible dans la tribu de Manassé, et moi je suis le plus petit dans la maison de mon père ! »
Le Seigneur lui répondit : « Je serai avec toi, et tu battras les Madianites comme s’ils n’étaient qu’un seul homme. »
Gédéon lui dit : « Si j’ai trouvé grâce à tes yeux, donne-moi un signe que c’est bien toi qui me parles.
Ne t’éloigne pas d’ici avant que je revienne vers toi. Je vais chercher mon offrande et je la placerai devant toi. » Le Seigneur répondit : « Je resterai jusqu’à ton retour. »
Gédéon s’en alla, il prépara un chevreau, et avec une mesure de farine il fit des pains sans levain. Il mit la viande dans une corbeille, et le jus dans un pot, puis il apporta tout cela sous le térébinthe et le lui présenta.
L’ange de Dieu lui dit : « Prends la viande et les pains sans levain, pose-les sur ce rocher et répands le jus. » Gédéon obéit.
Alors l’ange du Seigneur étendit le bâton qu’il tenait à la main, et il toucha la viande et les pains sans levain. Le feu jaillit de la roche, consuma la viande et les pains sans levain, et l’ange du Seigneur disparut.
Alors Gédéon comprit que c’était l’ange du Seigneur, et il dit : « Malheur à moi, Seigneur mon Dieu ! Pourquoi donc ai-je vu l’ange du Seigneur face à face ? »
Le Seigneur lui répondit : « Que la paix soit avec toi ! Sois sans crainte ; tu ne mourras pas. »
À cet endroit, Gédéon bâtit un autel au Seigneur sous le vocable de Seigneur-de-la-paix. Jusqu’à ce jour, cet autel est encore à Ofra d’Abiézer.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

À l'histoire de Deborah, prophétesse et juge, fait immédiatement suite le cycle de Gédéon qui occupe trois chapitres du livre. L'histoire s'ouvre sur la constatation de l'esclavage sous le joug des Madianites, lesquels obligent les Israélites à travailler pour eux. Au terme des corvées, ils réquisitionnent toute la récolte. Gédéon cherche à les tromper en gardant pour lui ce qu'il a moissonné. Entre temps, cependant, Israël ne cessait de prier le Seigneur pour qu'il le délivre une fois de plus de l'esclavage. Le Seigneur voit la souffrance de son peuple, il écoute sa prière et décide d'intervenir. Il se présente donc à Gédéon pendant que celui-ci est au travail. Dieu se présente sous les traits d'un ange qui s'adresse directement à Gédéon, comme il l'avait fait par le passé avec Abraham et Moïse. Le Seigneur se révèle toujours comme parole : " Le Seigneur est avec toi ". La réponse de Gédéon à cette salutation est énoncée au pluriel : " Pardon, mon Seigneur ! Si le Seigneur est avec nous, pourquoi tout ceci nous est-il arrivé ? ". Gédéon sait bien que l'appel de Dieu ne peut être individuel, mais qu'il s'adresse à un peuple, et lui-même représente à ce moment-là tout un peuple. Gédéon n'est pas préoccupé pour lui-même, pour son avenir individuel, mais pour le peuple d'Israël tout entier. Le Seigneur répond en choisissant Gédéon et en l'envoyant lutter contre le mal dont il se plaint pour le vaincre : " Avec la force qui est en toi, va sauver Israël du pouvoir de Madiane ". À cette réponse, Gédéon prend peur. Comment lui, le plus petit d'une famille parmi les plus pauvres, peut-il combattre un ennemi aussi puissant que les Madianites ? Mais rien n'est impossible à Dieu. Le Seigneur a des critères différents de ceux des hommes : il choisit ce que le monde méprise. C'est une sorte de loi qui traverse toute l'Écriture. La force de Gédéon, c'est le Seigneur lui-même : " Je serai avec toi et tu battras les Madianites ". Gédéon commence par accueillir ces paroles. Il veut pourtant continuer à dialoguer avec Dieu pour être sûr que c'est bien lui qui lui parle. Nous pourrions dire qu'il veut " voir " Dieu de ses propres yeux. Et il le " voit " dans un contexte d'hospitalité. Gédéon, comme pour un geste liturgique, offre de la nourriture à son hôte, mais c'est son hôte qui, en la touchant, la sanctifie. À ce moment-là, l'ange du Seigneur disparaît devant ses yeux. On dirait une préfiguration de la rencontre d'Emmaüs. Dès les tout premiers pas de l'histoire du salut, l'hospitalité et l'accueil apparaissent comme le lieu de la rencontre avec Dieu. Jésus lui-même dira : " J'avais faim... j'étais étranger... et vous m'avez accueilli " (Mt 25,31-46). La Lettre aux Hébreux rappelle : " N'oubliez pas l'hospitalité, car c'est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges " (13, 2).