Prière de la Sainte Croix

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres,
la libération des prisonniers,
la vue aux aveugles,
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

1 Thessaloniciens 4,1-8

Pour le reste, frères, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous le demandons, oui, nous vous en prions dans le Seigneur Jésus.
Vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.
La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans la sainteté, en vous abstenant de la débauche,
et en veillant chacun à rester maître de son corps dans un esprit de sainteté et de respect,
sans vous laisser entraîner par la convoitise comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu.
Dans ce domaine, il ne faut pas agir au détriment de son frère ni lui causer du tort, car de tout cela le Seigneur fait justice, comme nous vous l’avons déjà dit et attesté.
En effet, Dieu nous a appelés, non pas pour que nous restions dans l’impureté, mais pour que nous vivions dans la sainteté.
Ainsi donc celui qui rejette mes instructions, ce n’est pas un homme qu’il rejette, c’est Dieu lui-même, lui qui vous donne son Esprit Saint.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul commence cette partie de sa lettre en faisant appel à l'autorité de Jésus. C'est en son nom qu'il explique ce qui plaît à Dieu (cf. 4,1), quelle est sa volonté (cf. 4,3; 5,18). Son exhortation prend la forme d'une prière, tellement il la sent décisive. Les Thessaloniciens savent déjà comment se comporter pour plaire à Dieu : l'apôtre lui-même le leur avait montré lorsqu'il était parmi eux, tant par son exemple que par son enseignement. Ils doivent persévérer sur ce chemin, bien plus se distinguer davantage encore en le parcourant jusqu'à la sainteté. La volonté de Dieu, c'est notre sanctification, ce qui veut dire que nous appartenons à Dieu en toute chose, que nous devons nous écarter du monde et nous dégager de tous ses liens. Paul exhorte les Thessaloniciens à agir de manière à respecter leurs corps et la sainteté du mariage. Il faut absolument abandonner cette mentalité païenne qui nous rend esclaves de nous-mêmes et de nos instincts. Puis il nous met en garde contre l'appétit du gain et la convoitise qui nous poussent à dominer les autres et à les humilier. " Si Dieu nous a appelés, écrit encore l'apôtre, ce n'est pas pour que nous restions dans l'impureté, mais pour que nous vivions dans la sainteté " (4,7). C'est pourquoi, celui qui méprise ces préceptes méprise Dieu lui-même, tandis que celui qui demeure dans la " sainteté " demeure dans l'amour. Si l'amour c'est l'Esprit répandu par Dieu dans le cœur des croyants, l'Esprit lui-même est ce maître intérieur qui conduit tout disciple. L'amour fraternel, en effet, n'est pas un précepte humain, mais il est ce commandement nouveau que Jésus a donné à ses disciples de tous les temps, en en faisant le signe distinctif de leur lien avec lui. C'est un don qui doit être vécu de manière de plus en plus large. Personne ne peut se reposer sur l'amour qu'il a déjà. C'est l'amour lui-même qui demande à croître et à s'élargir. L'apôtre exhorte enfin les Thessaloniciens à mener une vie sereine - c'est-à-dire toute abandonnée à la volonté de Dieu - et à se distinguer au milieu des étrangers par leur vie calme et paisible. On songe à l'affirmation des Actes à propos des premiers chrétiens de Jérusalem qui " avaient la faveur de tout le peuple " (Ac 2,47).