Prière pour l’Eglise

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Colossiens 3,12-17

Puisque vous avez été choisis par Dieu, que vous êtes sanctifiés, aimés par lui, revêtez-vous de tendresse et de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur et de patience.
Supportez-vous les uns les autres, et pardonnez-vous mutuellement si vous avez des reproches à vous faire. Le Seigneur vous a pardonnés : faites de même.
Par-dessus tout cela, ayez l’amour, qui est le lien le plus parfait.
Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ à laquelle vous avez été appelés, vous qui formez un seul corps. Vivez dans l’action de grâce.
Que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez-vous et reprenez-vous les uns les autres en toute sagesse ; par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance.
Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'apôtre appelle les chrétiens " les élus de Dieu, ses saints et ses bien-aimés ". Engendrés par l'amour de Dieu, les croyants ont été mis à part pour lui appartenir et jouir de son amitié en enfants bien-aimés. Si le Christ, parfaite image de Dieu, est devenu le tout de la vie du croyant, ce dernier doit imiter le comportement du Christ et devenir de plus en plus semblable à Lui. Ce n'est pas par hasard que les cinq vertus citées par l'apôtre au début de ce passage (v. 12) rappellent l'action même de Dieu et du Christ à l'égard d'Israël. L'apôtre insiste sur deux attitudes : le soutien mutuel et le pardon. Nous pourrions dire que l'amour supporte et pardonne parce que son objectif est la communion entre frères et l'unité de la communauté. Pour l'apôtre, l'amour (l'agapè), plus qu'une vertu, est l'amour même de Dieu répandu dans le cœur du croyant. Paul prend l'image du vêtement et demande aux chrétiens d'étendre l'amour de Dieu au-dessus de ces vertus qu'il a nommées auparavant, comme s'il s'agissait d'un manteau les recouvrant toutes. L'amour, en effet, est le " lien de la perfection ", c'est-à-dire ce lien qui tient ensemble toutes les vertus et rend solide et compacte la communion entre frères. L'agapè est la source de toutes les vertus et la fin qu'elles visent : la communion avec Dieu et avec les frères. L'apôtre rappelle donc la centralité de la Parole qui, en un sens, préside à l'amour, puisque l'Église vit de la Parole de Dieu en rendant Jésus présent parmi ses disciples. L'Évangile n'est pas un texte à étudier ; il est le sacrement du Christ, le lieu de la rencontre entre Jésus et chaque croyant. La Parole accueillie et vécue devient ainsi le fondement de l'unité de la communauté et la source des chants de joie et d'action de grâces qui montent vers Dieu pour le don du salut. De l'expérience de la rencontre de Jésus ressuscité, faite dans la communauté qui écoute et qui prie, le croyant tire l'élan nécessaire pour vivre l'amour, où qu'il se trouve, sans mettre aucune barrière.