Prière pour les pauvres

Partager Sur

Mémoire de saint Calixte pape (+222). Ami des pauvres, il a fondé une maison de prière sur laquelle sera bâtie Sainte-Marie-au-Transtevere à Rome.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Romains 1,1-7

PAUL, SERVITEUR du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu, à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome.
Cet Évangile, que Dieu avait promis d’avance par ses prophètes dans les saintes Écritures,
concerne son Fils qui, selon la chair, est né de la descendance de David
et, selon l’Esprit de sainteté, a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d’entre les morts, lui, Jésus Christ, notre Seigneur.
Pour que son nom soit reconnu, nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre, afin d’amener à l’obéissance de la foi toutes les nations païennes,
dont vous faites partie, vous aussi que Jésus Christ a appelés.
À vous qui êtes appelés à être saints, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

La Lettre aux Romains dont nous commençons la lecture occupe la première place dans l'épistolaire paulinien, tant par son ampleur que par l'importance du thème qu'elle traite. Par elle, en effet, l'apôtre s'adresse à la communauté de Rome - qu'il n'avait pas fondée, mais dont la foi était " publiée dans le monde entier " (cf. Rm 1,8) - pour lui expliquer ce que signifie le " salut ", à savoir cette " justice " qui sauve, celle que Dieu a donnée aux hommes par Jésus-Christ, en accomplissant ainsi la promesse faite à Abraham. Dans l'adresse de salutation, Paul se présente comme " serviteur " de Jésus : il lui appartient en effet totalement. C'est bien pour cela qu'il a été " appelé " comme " apôtre ", c'est-à-dire pour une mission et une tâche particulières que le Seigneur lui a confiées en vue de l'édification de l'Église. C'est la mission de communiquer cette Bonne Nouvelle qui a été " promise par ses prophètes dans les saintes Écritures ", et dont le sommet n'est autre que l'Évangile de Jésus : " selon la chair, il est né de la race de David ; selon l'Esprit qui sanctifie, il a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d'entre les morts ". Le Seigneur lui-même l'a appelé pour communiquer cet Évangile au vaste monde des païens auquel appartiennent également ces " bien-aimés de Dieu qui sont à Rome ". L'apôtre sait que la communauté de Rome est formée en grande partie par des chrétiens venant du paganisme et qu'elle est " sainte " du fait justement d'avoir reçu et accueilli l'Évangile. Il souhaite donc à tous la grâce et la paix, autrement dit ces dons par lesquels Dieu enrichit et protège la vie de ses enfants. C'est la grâce d'une vie rachetée de la mort et enrichie de nombreux frères et sœurs à aimer. C'est la paix d'une existence qui trouve sa plénitude dans la suite de Jésus. Tout croyant, à l'exemple de l'apôtre, est aussi " serviteur de Jésus Christ " et " appelé par Dieu pour être apôtre ".