Prière avec les saints

Partager Sur

Mémoire de la déportation des juifs de Rome pendant la Deuxième Guerre mondiale.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Romains 2,1-11

De même, toi, l’homme qui juge, tu n’as aucune excuse, qui que tu sois : quand tu juges les autres, tu te condamnes toi-même car tu fais comme eux, toi qui juges.
Or, nous savons que Dieu juge selon la vérité ceux qui font de telles choses.
Et toi, l’homme qui juge ceux qui font de telles choses et les fais toi-même, penses-tu échapper au jugement de Dieu ?
Ou bien méprises-tu ses trésors de bonté, de longanimité et de patience, en refusant de reconnaître que cette bonté de Dieu te pousse à la conversion ?
Avec ton cœur endurci, qui ne veut pas se convertir, tu accumules la colère contre toi pour ce jour de colère, où sera révélé le juste jugement de Dieu,
lui qui rendra à chacun selon ses œuvres.
Ceux qui font le bien avec persévérance et recherchent ainsi la gloire, l’honneur et une existence impérissable, recevront la vie éternelle ;
mais les intrigants, qui se refusent à la vérité pour se donner à l’injustice, subiront la colère et la fureur.
Oui, détresse et angoisse pour tout homme qui commet le mal, le Juif d’abord, et le païen.
Mais gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, le Juif d’abord, et le païen.
Car Dieu est impartial.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul écrit que l'homme est enclin à se servir soi-même plutôt qu'à servir Dieu. C'est un instinct profond qui nous habite tous, une sorte d'attitude idolâtre qui touche les hommes et les femmes de tous les temps. Sachant cela, nous devrions être attentifs à ne pas nous attribuer trop facilement le bon droit. Jésus nous exhorte pourtant à ne pas regarder la paille dans l'œil d'autrui pour mieux voir la poutre qui est dans l'œil de chacun de nous. Nous ne sommes tous que de pauvres hommes et de pauvres femmes qui ont besoin du secours du Seigneur. C'est pourquoi un peu plus loin, Paul, reprenant une affirmation du psaume, écrit : " Il n'est pas de juste, pas un seul " (Rm 3, 10). Jésus lui-même répondit à l'homme qui le flattait en l'appelant " bon Maître " : " Pourquoi m'appelles-tu bon ? Personne n'est bon sinon Dieu seul " (Mc 10,18). Notre misère devrait nous pousser à ne pas nous poser en juges des autres. S'adressant directement à " l'homme ", à tous les hommes, Paul a des paroles sévères contre ceux qui jugent sans miséricorde ; et, songeant aux croyants, il accuse : ils jugent (condamnent) les autres, tout en commettant les mêmes choses et en se comportant exactement comme ceux sur qui pèse leur jugement. Ce faisant, non seulement ils sont cruels, mais ils oublient qu'il y a un juge qui exerce un juste jugement : Dieu. C'est lui qui " rendra à chacun selon ses œuvres [...] Car Dieu ne fait pas de différence quand il juge les hommes ". L'apôtre nous rappelle donc, à nous qui sommes croyants, que nous avons besoin d'être pardonnés, c'est-à-dire d'être jugés par le Dieu miséricordieux et grand dans l'amour. Nous avons tous besoin de la miséricorde de Dieu qui est notre salut.