Prière avec les saints

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Romains 6,12-18

Il ne faut donc pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs.
Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice.
Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout.
Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice.
Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis.
Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'apôtre avait déclaré que les croyants sont " morts au péché ", puisque l'événement de grâce du baptême les rejoint et les fait participer à la Pâque du Christ. Il révèle maintenant que cet événement de grâce n'agit pas par magie chez les chrétiens, mais introduit en eux un dynamisme responsable. Bien que " morts au péché ", les croyants doivent faire en sorte de ne pas se laisser dominer par le péché dans leur vie de tous les jours. La force, l'énergie suffisante sont données aux chrétiens pour s'opposer au péché et à cette logique perverse par laquelle il veut dominer le cœur des hommes. L'apôtre exhorte à faire son choix entre l'obéissance à l'instinct du vieil homme et l'obéissance à l'homme nouveau conduit par l'Esprit. Si la première est une obéissance instinctive, et donc une sorte d'esclavage, la deuxième demande au contraire un choix et une attention vigilante et persévérante. La vie du croyant est toujours une lutte entre ces deux forces ; c'est le combat que Jésus lui-même a vécu, luttant contre le mal jusqu'à le vaincre. Par sa mort et sa résurrection, Jésus a privé le péché de sa force irréductible. Le Mal a été définitivement vaincu. Il reste cependant toujours à l'affût, ainsi que l'écrit le livre de la Genèse : " Le péché n'est-il pas à la porte, une bête tapie qui te convoite ? " (4,7). Si le croyant choisit d'obéir à l'Esprit, sa vie devient une offrande généreuse et joyeuse au Seigneur et à ses frères. Jésus lui-même a vécu son existence terrestre comme une offrande totale au Père pour le salut de tout homme. Nous qui sommes les disciples de la dernière heure, nous sommes appelés à le suivre sur cette même route. C'est le seul chemin à suivre pour être libérés du pouvoir du péché qui cherche par tous les moyens à nous soumettre à ses désirs. Mais le Seigneur qui connaît notre faiblesse fait abonder pour nous sa grâce.