Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jéremie 30,1-2.12-15.18-22

Parole du Seigneur adressée à Jérémie :
« Ainsi parle le Seigneur, le Dieu d’Israël : Écris dans un livre toutes les paroles que je t’ai dites.
Ainsi parle le Seigneur : Sion, incurable est ta blessure, et profonde, ta plaie.
Nul ne défend ta cause pour qu’on soigne ton ulcère ; pas de remède pour le cicatriser.
Tous tes amants t’ont oubliée, aucun ne te recherche. Oui, comme un ennemi je t’ai blessée - sévère correction ! Sur la masse de tes fautes, tes péchés n’ont cessé de s’accroître.
Qu’as-tu à crier à cause de ta blessure ? Ta peine est incurable. Sur la masse de tes fautes, tes péchés n’ont cessé de s’accroître : c’est pourquoi je t’ai infligé cela.
Ainsi parle le Seigneur : Voici que je vais restaurer les tentes de Jacob, pour ses demeures j’aurai de la compassion ; la ville sera rebâtie sur ses ruines, la citadelle sera rétablie en sa juste place.
Les actions de grâce en jailliront avec des cris de joie. Bien loin de diminuer ses fils, je les multiplierai ; bien loin de les abaisser, je les glorifierai.
Ils seront comme autrefois, leur communauté se maintiendra devant moi, car je punirai tous ses oppresseurs.
Jacob aura pour maître l’un des siens, un chef qui sera issu de lui. Je lui permettrai d’approcher et il aura accès auprès de moi. Qui donc, en effet, a jamais osé de lui-même s’approcher de moi ? - oracle du Seigneur.
Vous serez mon peuple, et moi, je serai votre Dieu.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Par cette page commence le « Livre de la consolation », formé des chapitres 30-31. Jusqu'ici, le prophète avait prononcé plusieurs oracles contenant des annonces de désastres, morts et déportations. Tout cela n'arrivait pas par hasard, mais comme l'amère conséquence de la révolte du peuple de Juda qui ne suivait plus la Parole de Dieu et n'écoutait pas son prophète qui avait pourtant communiqué cette Parole fidèlement et avec conviction. Le Seigneur, cependant, dans sa constante miséricorde, s'était ému de pitié pour son peuple et annonçait un grand changement. Il est conscient de l'affliction et de la souffrance que son peuple est allé, pour ainsi dire, se chercher, par conduite très éloignée de la loi de Dieu. Mais une fois de plus, le Seigneur se laisse émouvoir. Il appelle le prophète et lui dit : « Écris pour toi dans un livre toutes les paroles que je t'ai adressées. Car voici venir des jours — oracle du Seigneur — où je ramènerai les captifs de mon peuple Israël [...] je les ferai revenir au pays que j'ai donné à leurs pères et ils en prendront possession ». C'est le Seigneur qui, une fois de plus, prend l'initiative de la libération. Il ne supporte pas ce « cri d'effroi, c'est la terreur, non la paix ». Et il décide d'intervenir pour introduire un jour de libération : « Ce jour-là — oracle du Seigneur Sabaot — je briserai le joug qui pèse sur ta nuque et je romprai tes chaînes. Alors les étrangers ne t'asserviront plus ». Le Seigneur lui-même brise cette fois le joug, et il rompt leurs chaînes. Son peuple peut alors regarder son avenir avec une espérance effective. La terre qui leur avait été donnée redevient leur possession. L'expérience de l'Exode se renouvelle : le peuple va sortir du pays où il vivait en étranger et il va entrer dans une terre qui sera le signe de son alliance avec Dieu. Mais son peuple, saura-t-il lire cette nouvelle intervention de Dieu ? Il saura le faire à la seule condition de prêter l'oreille au Seigneur qui ne manque jamais de lui adresser sa Parole. Le salut des croyants passe toujours par une écoute renouvelée. Le Seigneur ne se tient pas au loin, muet. Il ne cesse de parler. Et cette fois encore, il dit : « Toi donc, ne crains pas, mon serviteur Jacob — oracle du Seigneur — ne sois pas terrifié, Israël. Car voici que je vais te sauver des terres lointaines et tes descendants du pays de leur captivité ». Cela ne peut nullement se réaliser au moyen d'une exhortation facile et platement optimiste. La libération se réalise parce que « je suis avec toi pour te sauver », assure le Seigneur. Voilà l'ultime explication de ce qui va arriver. Le Seigneur vient en sauveur, comme celui qui délivre son peuple des ténèbres et de la solitude, en le ramenant dans le pays qu'il possédait. Le Seigneur charge lui-même de signe son « jour », en faisant de celui-ci un jour de liberté et de bien. La terreur se changera en paix et on n'entendra plus les cris d'épouvante. Un Messie de paix va venir et son jour sera rempli de bonheur. Dans cet oracle on parle successivement d'un peuple blessé, puis d'un peuple guéri. On dirait d'abord que la blessure d'Israël est inguérissable, qu'aucune rémission n'est possible pour ce peuple, si grand est le mal qu'il a fait. Cela fait des années que son mal l'a atteint et tout remède est désormais inutile. L'iniquité d'Israël est si profonde et ses péchés sont si graves qu'ils ont dépassé toute mesure. Oui, le peuple a choisi d'abandonner son Dieu en cherchant d'autres refuges qui se révèlent à chaque fois fallacieux. Les divinités des autres peuples sont devenues des idoles dans la mesure où Israël a voulu remplacer Celui qui a été son sauveur depuis toujours par celles-ci. Israël aurait pu accepter que chaque peuple rende honneur au dieu de ses ancêtres, mais ces dieux n'auraient jamais dû être pris pour des divinités à égalité avec le Seigneur de l'univers, qui a fait le ciel et la terre. Ainsi qu'on le lit dans le livre même de Jérémie : « Les prophètes ont prophétisé par Baal, ils ont suivi des Impuissants » (2, 8). La blessure est grave car le péché d'Israël touche au premier des commandements : « Le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est l'unique » (Dt 6, 4). Parvenus à ce point, le Seigneur pouvait seul changer l'histoire et rendre la guérison à son peuple, en le faisant revenir de la déportation et en promouvant la reconstruction de leurs cités et de leurs demeures. Seul le Seigneur était à même d'avoir compassion de ce peuple et de guérir une blessure qui, de par sa profondeur, paraissait inguérissable. La compassion du Seigneur a été le grand remède capable de soigner cette grande blessure qu'est la trahison : le Seigneur « a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David son serviteur » (Lc 1, 69). La prophétie de Jérémie s'accomplit en Jésus, le Messie-roi issu du même peuple, et plus précisément de la tribu de Juda et de la famille de David (v. 21). Les disciples de Jésus, voilà le peuple qui appartient au Seigneur par un pacte d'amour : « Vous serez mon peuple et je serai votre Dieu » (v. 22). L'alliance avec le Seigneur, voilà le remède qui guérit la blessure de la solitude ; l'écoute constante de sa Parole, voilà le baume fortifiant pour le chemin quotidien.