Mémoire des saints et des prophètes

Partager Sur

Mémoire de saint Gilles, moine d'Orient venu en Occident. Il a vécu en France et est devenu le père de nombreux moines. La Communauté de Sant'Egidio a pris son nom de l'église qui lui a été dédiée à Rome. Souvenir du début de la Deuxième Guerre mondiale : prière pour la fin de toutes les guerres. L'Église orthodoxe commence l'année liturgique. Journée mondiale pour la sauvegarde de la Création.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

1 Corinthiens 2,10b-16

Qui donc, parmi les hommes, sait ce qu’il y a dans l’homme, sinon l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît ce qu’il y a en Dieu, sinon l’Esprit de Dieu.
Or nous, ce n’est pas l’esprit du monde que nous avons reçu, mais l’Esprit qui vient de Dieu, et ainsi nous avons conscience des dons que Dieu nous a accordés.
Nous disons cela avec un langage que nous n’apprenons pas de la sagesse humaine, mais que nous apprenons de l’Esprit ; nous comparons entre elles les réalités spirituelles.
L’homme, par ses seules capacités, n’accueille pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu ; pour lui ce n’est que folie, et il ne peut pas comprendre, car c’est par l’Esprit qu’on examine toute chose.
Celui qui est animé par l’Esprit soumet tout à examen, mais lui, personne ne peut l’y soumettre.
Car il est écrit : Qui a connu la pensée du Seigneur et qui pourra l’instruire ? Eh bien nous, nous avons la pensée du Christ !

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul, qui a depuis peu fait l'expérience de la « chute » d'Athènes, se présente devant les chrétiens de Corinthe fort seulement de la prédication de Jésus crucifié. En effet, le cœur de l'annonce évangélique est résumé dans la Croix : Dieu a aimé les hommes de manière si élevée qu'il a envoyé son propre Fils sur la terre pour qu'il se donne à la mort sur la Croix et qu'il sauve ainsi les hommes du péché et de la mort. La connaissance de ce mystère d'amour est la sagesse que les croyants reçoivent. C'est un amour véritablement paradoxal. Un amour impossible à connaître s'il ne nous avait pas été révélé. Et aux chrétiens de Corinthe, Paul rappelle : « Nous disons cela avec un langage que nous n'apprenons pas de la sagesse humaine, mais que nous apprenons de l'Esprit. » L'apôtre rappelle ici l'importance de l'action de l'Esprit, car c'est lui qui connaît aussi bien les secrets de Dieu que les secrets de l'âme humaine. Paul invite les chrétiens de Corinthe et nous-mêmes à laisser œuvrer l'Esprit répandu dans nos cœurs, c'est-à-dire à devenir des hommes et des femmes « spirituels », des croyants qui se laissent guider par l'Esprit du Seigneur. À l'inverse, celui qui laisse agir en lui les instincts égocentriques qui habitent le cœur de l'homme « n'accueille pas ce qui vient de l'Esprit de Dieu », c'est-à-dire cet amour sans limites qui semble une « folie » aux yeux des hommes. L'Esprit, au contraire, révèle aux disciples le mystère caché dans les siècles et que personne n'avait jamais vu auparavant : c'est le mystère du Fils, le Fils unique que le Père a envoyé sur la terre pour délivrer les hommes de l'esclavage du mal. L'Évangile renferme la pensée du Christ. C'est le trésor transmis dans le cœur des croyants, l'énergie qui libère de tout esclavage, la force qui change le monde.