Prière pour les pauvres

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

1 Corinthiens 15,12-20

Nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ; alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer qu’il n’y a pas de résurrection des morts ?
S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité.
Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu ;
et nous faisons figure de faux témoins de Dieu, pour avoir affirmé, en témoignant au sujet de Dieu, qu’il a ressuscité le Christ, alors qu’il ne l’a pas ressuscité si vraiment les morts ne ressuscitent pas.
Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité.
Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;
et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus.
Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.
Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'apôtre poursuit son discours sur la résurrection de Jésus. Il est nécessaire de comprendre en profondeur le mystère de la Pâque. Notamment parce que des idées erronées s'étaient répandues dans la communauté à propos de la résurrection des morts. Certains — nous ne savons pas si cela est également lié aux influences grecques — considéraient qu'il n'y aurait aucune résurrection des morts. Paul répond avec fermeté, affirmant que de telles idées sont radicalement opposées à la foi en la résurrection de Jésus. La manière de faire de Paul est plutôt rude : « Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si le Christ n'est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l'emprise de vos péchés. » L'apôtre a compris la place centrale occupée par la résurrection de Jésus dans le mystère du salut de la création. Avec Jésus ressuscité commence le nouveau monde de Dieu, dont Jésus est le « premier », comme l'apôtre le rappelle. La Pâque de Jésus sépare l'histoire en deux : celle d'avant la résurrection qui est sous l'emprise de l'esclavage du mal et de la mort et celle qui commence avec le matin de Pâque et la résurrection de Jésus. Le temps des fils de la résurrection a commencé. Jésus est le « premier-né ». Le mystère de la résurrection est la nouveauté chrétienne que l'apôtre veut placer au cœur de sa prédication. Aucun des auteurs du Nouveau Testament n'en parle de manière aussi importante. Il suffit de penser à sa prédication devant l'aréopage d'Athènes : à ces sages qui croyaient pourtant en l'immortalité de l'âme, il prêche la résurrection de la chair, la résurrection du corps considéré comme une prison. L'apôtre est conscient du fait que la prédication de la résurrection des morts est la « bonne nouvelle » qui, alors qu'elle libère de la peur de la mort, nous apprend à être fils de la résurrection dès maintenant.