Prière de la Sainte Croix

Partager Sur

Mémoire des saints Antoine et Théodose, fondateurs du monastère de la Laure des Grottes de Kiev (†1073), pères des moines russes et ukrainiens. Souvenir des chrétiens en Ukraine et en Russie.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres,
la libération des prisonniers,
la vue aux aveugles,
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 13,18-23

Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur.
Quand quelqu'un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s'empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c'est le terrain ensemencé au bord du chemin.
Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c'est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ;
mais il n'a pas de racines en lui, il est l'homme d'un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt.
Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c'est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit.
Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c'est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ce passage rapporte l'explication de la parabole du semeur, que Jésus donne à ses disciples. Le semeur a répandu d'un geste ample la semence, qui est la " parole du Royaume ", comme Jésus l'indique. Nous pourrions dire que c'est l'Evangile, c'est-à-dire la " parole " qui ouvre le royaume dans le cœur des hommes et dans l'histoire. Nous savons que l'annonce du royaume est le cœur de la prédication de Jésus. Le Seigneur commence son explication en précisant les quatre types de terrains sur lesquels le semeur a jeté la semence. Les semences qui tombent au bord du chemin - c'est-à-dire nos cœurs quand ils deviennent impénétrables, repliés sur eux-mêmes - sont volées par le Mauvais. La Parole a été semée mais on est tellement concentré sur soi qu'on est incapable d'accueillir et de comprendre le don reçu. Bien-sûr, notre espérance est que le semeur, lorsqu'il reviendra, trouve un terrain plus favorable, et que la semence puisse germer. Puis il y a la semence qui tombe sur un sol pierreux : nous sommes face à celui qui écoute volontiers, mais les difficultés, les épreuves, la fatigue empêchent toute croissance. Puis il y a la semence qui tombe dans les ronces, c'est-à-dire dans un cœur qui écoute la Parole mais qui est encombré par des préoccupations mondaines et surtout par la richesse, au point d'empêcher toute croissance. Enfin, il y a la bonne terre, c'est-à-dire le cœur qui écoute et laisse la semence grandir jusqu'à maturation. Peu importe la quantité de la moisson, ce qui compte c'est qu'il y ait du fruit. Nous pourrions dire que porter du fruit signifie que l'on peut aider le semeur à semer à notre tour. C'est le sens de l'exhortation faite aux disciples de prier le Père afin qu'il envoie des ouvriers pour sa moisson. Ces ouvriers sont appelés à être comme le semeur : ils doivent sortir chaque jour et semer la semence de l'Evangile, avec la même générosité que le semeur.