Prière pour les pauvres

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 13,10-17

Jésus était en train d'enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat.
Voici qu'il y avait là une femme, possédée par un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser.
Quand Jésus la vit, il l'interpella et lui dit : « Femme, te voici délivrée de ton infirmité. »
Et il lui imposa les mains. À l'instant même elle redevint droite et rendait gloire à Dieu.
Alors le chef de la synagogue, indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat, prit la parole et dit à la foule : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. »
Le Seigneur lui répliqua : « Hypocrites ! Chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache-t-il pas de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire ?
Alors cette femme, une fille d'Abraham, que Satan avait liée voici dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du sabbat ? »
À ces paroles de Jésus, tous ses adversaires furent remplis de honte, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu'il faisait.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Évangile nous présente Jésus qui enseigne le jour du sabbat, comme il le faisait autrefois, dans une synagogue. Parmi les personnes présentes, il y avait une femme qui avait été courbée par une arthrose déformante. Il y a maintenant dix-huit ans qu'elle vivait dans cet état douloureux. Elle ne pouvait même pas regarder les gens en face, alors elle était penchée. Et, rétrospectivement, personne ne s'abaisserait à la regarder en face. Combien de femmes sont représentées par elle ! Pas seulement, bien sûr, les opprimés dans la famille, à l'intérieur de la maison. Dans cette femme, nous voyons un vaste monde de femmes pliées sous le poids du masculinisme, de l'injustice, de la violence, de l'humiliation. Cette femme - ainsi que toutes les autres qui vivent encore aujourd'hui dans la même condition - se tient là, devant Jésus. Elle ne peut pas lever les yeux et n'ose même pas lui demander de l'aide, comme l'ont fait d'autres femmes. Cependant, lorsqu'il la voit, Jésus est ému et l'appelle à se rapprocher. Il lui dit aussitôt, sans prononcer beaucoup de mots : "Femme, tu es libérée de ta maladie" en lui imposant les mains. Et, note l'évangéliste, "elle s'est immédiatement redressée". Et elle a commencé à louer Dieu. C'est une scène en quatre lignes. Pourtant, le geste de Jésus penché sur elle nous fait comprendre ce que doit être notre façon de regarder et de nous rendre proche des faibles, des malades, des solitaires. La page de l'Évangile nous apprend que les disciples ont également reçu de Jésus sa propre force : les paroles que les disciples adressent avec le cœur et l'émotion même de Jésus sont efficaces, elles redressent le dos et redonnent la dignité de se tenir debout comme tout le monde l'a fait pour cette femme. Les personnes présentes sur les lieux ne se sont pas laissées toucher par ce qu'elles avaient vu. Ils ont préféré juger plutôt que de se réjouir pour cette femme qui avait retrouvé sa dignité. Le chef de la synagogue a même été indigné par ce miracle. Si le cœur est plein de soi-même et de ses convictions, même les miracles ne peuvent en effacer la dureté. Jésus répond aux accusations du chef de la synagogue avec l'ampleur de la miséricorde qui libère de l'esclavage de Satan, comme Jésus appelle le prince du mal. Si les pharisiens, au cœur endurci, étaient indignés, le peuple célébrait au contraire : "Toute la foule se réjouissait de toutes les merveilles qu'il avait accomplies. Heureux les disciples qui se laissent envelopper par le mystère de la miséricorde du Seigneur, car ils se réjouiront comme la foule dans cette synagogue.