Prière avec les Apôtres

Partager Sur

Fête des apôtres Simon de Cana, surnommé le Zélote, et Jude surnommé Thadée.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Si nous mourons avec lui, avec lui nous vivrons.
Si nous persévérons avec lui, avec lui nous régnerons.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 6,12-19

En ces jours-là, Jésus s'en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu.
Le jour venu, il appela ses disciples et en choisit douze auxquels il donna le nom d'Apôtres :
Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy,
Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Simon appelé le Zélote,
Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, qui devint un traître.
Jésus descendit de la montagne avec eux et s'arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon.
Ils étaient venus l'entendre et se faire guérir de leurs maladies ; ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé.
Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu'une force sortait de lui et les guérissait tous.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Si nous mourons avec lui, avec lui nous vivrons.
Si nous persévérons avec lui, avec lui nous régnerons.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Aujourd'hui, l'Église fait mémoire des apôtres Simon et Jude. Simon est surnommé le " zélote " peut-être parce qu'il appartenait au groupe des religieux zélés antiromains qui pratiquaient également la violence. Selon la tradition, il a prêché l'Evangile en Samarie, en Mésopotamie et il est mort en Perse. Jude, également appelé Thaddée, ce qui signifie " magnanime ", est l'apôtre qui, lors de la dernière Cène, a demandé à Jésus de ne se manifester qu'aux disciples et non pas au monde. Son nom figure à la dernière place dans les listes des apôtres. La tradition le reconnait comme étant l'auteur de la lettre éponyme adressée aux convertis du judaïsme. On ne sait presque rien de la vie de ces apôtres. Mais ils ne sont pas moins importants que les autres. Dans l'Église, ce n'est pas la notoriété qui compte, mais la communion avec le Seigneur et avec les frères. La page de l'Evangile ne souligne pas la diversité des tâches des apôtres mais le fait crucial que tous sont proches de Jésus. La recherche de celui qui est le premier semble complètement déplacée. Malheureusement, cela arrive aussi fréquemment dans la communauté chrétienne. Non pas que la première place soit recherchée dans le service, mais dans l'apparence ou dans le protagonisme. La primauté à rechercher est plutôt celle de l'amour, du service généreux et désintéressé. L'évangéliste cite la liste des noms. Jésus appelle chacun par son nom, même Simon et Jude. C'est l'appel direct - par leur nom - qui fait d'eux des disciples puis des apôtres, envoyés pour la mission de l'Evangile. De cet appel commun naît également la fraternité entre les apôtres. Pour cette raison, Jésus pourra dire que c'est par amour mutuel que les autres les reconnaîtront comme ses disciples. Le nom, dans la mentalité biblique, n'est pas seulement un instrument utile pour nous appeler, il est bien plus que cela : il signifie l'histoire, le cœur, la vie de chacun. Nous savons tous par expérience que nous connaître par notre nom est l'un des trésors de notre vie. Le Seigneur exalte encore davantage cette dimension de familiarité : nous connaître et nous appeler par notre nom est le signe d'un amour qui porte le sceau de Dieu. C'est pourquoi la dimension de familiarité caractérise le mode de vie des disciples, qui conduit à connaître le nom des autres membres de la fraternité, y compris ceux des pauvres. Il est rare que les pauvres soient appelés par leur nom. Du reste, personne ne le fait. Les appeler par leur nom est un geste de grande affection et de respect. Ils s'en émerveillent eux-mêmes. Faisant ainsi, nous vaincrons cet anonymat qui est l'un des aspects les plus tristes de nos sociétés.