Le jour du Seigneur

Partager Sur

1er dimanche de Carême


Première lecture

Genèse 9,8-15

Dieu parla ainsi à Noé et à ses fils : Voici que j'établis mon alliance avec vous et avec vos descendants après vous, et avec tous les êtres animés qui sont avec vous : oiseaux, bestiaux, toutes bêtes sauvages avec vous, bref tout ce qui est sorti de l'arche, tous les animaux de la terre. J'établis mon alliance avec vous : tout ce qui est ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n'y aura plus de déluge pour ravager la terre. Et Dieu dit : Voici le signe de l'alliance que j'institue entre moi et vous et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à venir : je mets mon arc dans la nuée et il deviendra un signe d'alliance entre moi et la terre. Lorsque j'assemblerai les nuées sur la terre et que l'arc apparaîtra dans la nuée, je me souviendrai de l'alliance qu'il y a entre moi et vous et tous les êtres vivants, en somme toute chair, et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair.

Psaume responsorial

Psaume 24 (25)

Vers toi, Yahvé, j'élève mon âme,

ô mon Dieu. En toi je me confie, que je n'aie point honte, que mes ennemis ne se rient de moi!

Pour qui espère en toi, point de honte, mais honte à qui trahit sans raison.

Fais-moi connaître, Yahvé, tes voies, enseigne-moi tes sentiers.

Dirige-moi dans ta vérité, enseigne-moi, c'est toi le Dieu de mon salut. En toi tout le jour j'espère à cause de ta bonté, Yahvé.

Souviens-toi de ta tendresse, Yahvé, de ton amour, car ils sont de toujours.

Ne te souviens pas des égarements de ma jeunesse, mais de moi, selon ton amour souviens-toi!

Droiture et bonté que Yahvé, lui qui remet dans la voie les égarés,

qui dirige les humbles dans la justice, qui enseigne aux malheureux sa voie.

Tous les sentiers de Yahvé sont amour et vérité pour qui garde son alliance et ses préceptes.

À cause de ton nom, Yahvé, pardonne mes torts, car ils sont grands.

Est-il un homme qui craigne Yahvé, il le remet dans la voie qu'il faut prendre;

son âme habitera le bonheur, sa lignée possédera la terre.

Le secret de Yahvé est pour ceux qui le craignent, son alliance, pour qu'ils aient la connaissance.

Mes yeux sont fixés sur Yahvé, car il tire mes pieds du filet.

Tourne-toi vers moi, pitié pour moi, solitaire et malheureux que je suis.

Desserre l'angoisse de mon cœur, hors de mes tourments tire-moi.

Vois mon malheur et ma peine, efface tous mes égarements.

Vois mes ennemis qui foisonnent, de quelle haine violente ils me haïssent.

Garde mon âme, délivre-moi, point de honte pour moi : tu es mon abri.

Qu'intégrité et droiture me protègent, j'espère en toi, Yahvé.

Rachète Israël, ô Dieu, de toutes ses angoisses.

Deuxième lecture

1 Pierre 3,18-22

Le Christ lui-même est mort une fois pour les péchés, juste pour des injustes, afin de nous mener à Dieu. Mis à mort selon la chair, il a été vivifié selon l'esprit. C'est en lui qu'il s'en alla même prêcher aux esprits en prison, à ceux qui jadis avaient refusé de croire lorsque se prolongeait la patience de Dieu, aux jours où Noé construisait l'Arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l'eau. Ce qui y correspond, c'est le baptême qui vous sauve à présent et qui n'est pas l'enlèvement d'une souillure charnelle, mais l'engagement à Dieu d'une bonne conscience par la résurrection de Jésus Christ, lui qui, passé au ciel, est à la droite de Dieu, après s'être soumis les Anges, les Dominations et les Puissances.

Lecture de l'Évangile

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Marc 1,12-15

Et aussitôt, l'Esprit le pousse au désert. Et il était dans le désert durant quarante jours, tenté par Satan. Et il était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient. Après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée, proclamant l'Évangile de Dieu et disant : " Le temps est accompli et le Royaume de Dieu est tout proche : repentez-vous et croyez à l'Évangile. "

 

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Homélie

Mercredi, nous avons commencé le Carême. La proposition est simple, directe, car elle doit forcer nos nombreuses convictions et habitudes, entrer dans cette forêt de défenses et de défiances qui nous laissent toujours semblables à nous-mêmes, incapables de nous humilier dans un début qui est toujours forcément pauvre : « Changez votre cœur et croyez à l'Évangile », nous a redit le prêtre en imposant la cendre sur notre front. Jésus a affronté le mal dans le désert, « tenté par Satan », dit l'Évangile de Marc. Ainsi commence l'agonie de Jésus, c'est-à-dire la lutte entre la vie et la mort, entre le bien et le mal. La vie entière de Jésus a été une agonie, une lutte contre le Mal et son Prince. Oui, c'est pour cela que le « temps est accompli ». Le Seigneur, qui aime les hommes, vient combattre l'ennemi de l'homme, celui qui sème la division, qui se tient caché derrière l'instinct d'orgueil ou d'amour de soi. C'est la raison pour laquelle il demande de se convertir. Il ne s'agit pas d'un exercice de piété, un de plus pour les justes, facultatif pour les médiocres. Jésus demande de changer notre vie parce qu'il aime le monde et ne peut l'accepter comme il est ; il ne veut pas que notre vie se perde. Il ne la considère pas comme perdue ; il veut qu'elle soit meilleure, sauvée de la tristesse de la médiocrité. Celui qui ne se change pas reste égal à lui-même et finit par céder aux idoles sourdes et muettes, peut-être même sans le choisir. Que de fois préférons-nous ces dernières à un amant passionné tel que Jésus ! Oui, parce qu'en réalité nous avons peur de l'amour, nous le réduisons à nos limites étroites, nous fuyons celui qui aime, comme le jeune homme riche qui reste attaché à ses richesses, qui choisit la tristesse parce qu'il ne sait pas s'abandonner à celui qui, après l'avoir fixé, l'avait aimé.
Le Carême est un itinéraire. Aussi se fait-il invitation insistante, répétée et affectueuse pour les personnes sensibles aux solutions rapides, faciles et immédiates, qui se fient à leur impression première, qui ne choisissent pas de s'humilier par une discipline du cœur, qui deviennent victimes de leurs mêmes jugements superficiels et qui pensent avoir toujours tous les choix devant eux. En réalité, seul celui qui prend conscience de l'abîme de son cœur est prêt à changer. C'est de là que commence la voie du repentir. Le Carême est un temps de pardon et de joie, car nous retrouvons notre cœur, en écoutant un Père qui nous aime et nous renouvelle. Le juste ne trouve pas la joie ; il ne demande pas pardon et ne sait pas pardonner ; il doit s'agripper à son hypocrisie pour ne pas être précipité dans l'abîme du péché. Il ne croit pas au pardon et donc ne sait pas pleurer. Il fuit la douleur de l'amertume, il écarte l'humiliation de se découvrir tel qu'il est et ne pense pas à demander de l'aide. Il reste prisonnier de sa tristesse. Le pécheur qui se reconnaît tel trouve la consolation. Regardons au plus profond de notre cœur : ne sommes-nous pas pauvres d'amour, froids, peureux, agressifs, infidèles, inconstants, pleins de rancœur, commandés par l'orgueil instinctif ? Notre cœur ne se remplit-il pas aisément de quantité de peurs et d'inimitiés, de méfiance et d'hostilité ? Ne devient-il pas vorace de satisfactions, de confrontations, de petites affirmations du moi ?
Nous avons besoin de changer notre cœur, car le monde est rempli d'inimitié et de violence. Le monde ne peut pas vivre sans cœur. A commencer par le nôtre. Qui donnera un cœur à un monde qui se passionne uniquement pour les biens, l'argent, le gain, pour ce qui ne sauve pas ? Qui restituera les nombreuses années que la faim, la dureté de la vie vole à des millions de pauvres ? Qui ôtera du cœur d'un grand nombre de personnes l'habitude de la violence, la sauvagerie qui annule la pitié et la compassion ? Le Carême est l'invitation pressante à accueillir la proposition de changer le monde à partir de notre cœur. De même que le péché et la complicité avec le mal ont toujours un effet sur les autres, de même notre changement pourra construire un monde de paix et finir le dèluge de violences. Un cœur bon rend bonne la vie de beaucoup. Les disciples de Jésus sont appelés à être des personnes de cœur qui prennent à cœur la vie des autres. C'est ce que Jésus a fait le premier.
Jésus exhorte : « Croyez à l'Évangile ». Croire à l'Évangile veut dire se fier à l'amour du Père qui prend son fils dans ses bras et le revêt de son pardon, sans mérite, sans expiation, uniquement parce que celui-là est revenu vers Lui. Croire à l'Évangile veut dire que cette parole est chemin de paix et que le monde n'est pas irréformable. Croire à l'Évangile veut dire être assuré qu'un cœur rempli de sentiments, spirituel vaint la logique de la guerre et peut hâter le jour de la paix. Croire à l'Évangile veut dire croire à la force de la prière. En ce temps, ouvrons régulièrement l'Évangile, faisons silence de nos logiques pour écouter la Parole de Dieu ; invoquons le Seigneur avec les malades, ceux qui souffrent, ceux qui sont touchés par le mal. Ainsi, nous redécouvrirons l'alliance d'amour que le Seigneur a établie avec nous. Le Seigneur a donné la terre aux hommes, mais il leur a enjoint de respecter la vie et le sang de l'homme, afin que personne ne vive en se désintéressant de la vie de l'autre. Le commandement de Dieu est contre la violence. L'homme qui se convertit, qui devient pacifique reconstruit cette alliance. Dans les profondeurs du cœur humain se cache un désir de paix. Le Carême est le temps opportun pour retrouver à l'intérieur de notre cœur et de celui du prochain cet arc de paix, afin que s'arrête le déluge de la violence et les tempêtes que provoque l'amour de soi. Que tous ceux qui scrutent le ciel en implorant aide et protection, tous ceux qui demandent la paix et l'espérance puissent voir bientôt cet arc-en-ciel qui part de nos cœurs pour se poser sur ceux qui accueillent la paix.