Prière pour l'Église

Partager Sur

Mémoire de saint Philippe Néri (+1595), " apôtre de Rome ".


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 18,1-8

Après cela, Paul s'éloigna d'Athènes et se rendit à Corinthe.
Il y trouva un Juif nommé Aquilas, originaire de la province du Pont, récemment arrivé d'Italie, ainsi que sa femme Priscille ; l'empereur Claude, en effet, avait pris la décision d'éloigner de Rome tous les Juifs. Paul entra en relation avec eux ;
comme ils avaient le même métier, il demeurait chez eux et y travaillait, car ils étaient, de leur métier, fabricants de tentes.
Chaque sabbat, Paul discutait à la synagogue et s'efforçait de convaincre aussi bien les Juifs que les Grecs.
Quand Silas et Timothée furent arrivés de Macédoine, Paul se consacra entièrement à la Parole, attestant aux Juifs que le Christ, c'est Jésus.
Devant leur opposition et leurs injures, Paul secoua ses vêtements et leur dit : « Que votre sang soit sur votre tête ! Moi, je n'ai rien à me reprocher. Désormais, j'irai vers les païens. »
Quittant la synagogue, il alla chez un certain Titius Justus, qui adorait le Dieu unique ; sa maison était tout à côté de la synagogue.
Or Crispus, chef de synagogue, crut au Seigneur, avec toute sa maison. Beaucoup de Corinthiens, apprenant cela, devenaient croyants et se faisaient baptiser.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul, troublé par son expérience à Athènes, ne pense cependant pas que les Grecs soient si éloignés de Dieu ni si satisfaits d'eux-mêmes au point d'être imperméables à l'Évangile. Il quitte la capitale et se dirige vers Corinthe, une autre cité grecque cosmopolite célèbre pour son port commercial. Entrant dans la ville, il se rend chez Aquilas et Priscille, un couple de chrétiens chassés de Rome par un édit de l'empereur Claude contre les juifs. L'administration romaine ne faisait aucune distinction entre juifs et chrétiens. Paul est resté avec cette famille et a travaillé dans la maison pour gagner sa vie. Luc résume bien l'action de Paul : " Il se consacra entièrement à la Parole ". C'est une indication qui devrait interroger les communautés chrétiennes d'aujourd'hui et les encourager toutes à être plus généreuses dans la communication de l'Évangile, tant par la prédication que par le témoignage. Paul a ressenti l'urgence de l'évangélisation et l'a vécue avec une véritable passion et les fruits n'ont pas manqué. Il y a aussi eu la conversion de Crispus, le chef de la synagogue. Corinthe a vu naître une grande communauté composée en grande partie de marchands, de marins, d'esclaves et d'affranchis. On pourrait dire une communauté de gens du port, un groupe vivant, dynamique et, en même temps, complexe avec de nombreux problèmes de coexistence. Mais ils se sentaient comme un seul peuple. Même avec toutes leurs limites, ces chrétiens, par leur unité, véritable corps spirituel, étaient un signe concret d'espoir non seulement pour ces dockers mais pour toute la ville de Corinthe. C'est ce que l'on demande aux communautés chrétiennes d'aujourd'hui, souvent minoritaires dans des villes complexes et pluralistes. Elles sont appelées à être des lieux de paix et un levain d'amour pour fermenter la ville entière dans ses différentes articulations. La Lettre à Diognète parle de la communauté chrétienne comme de l'âme de la ville. C'est le sens de l'Église en sortie que le pape François ne cesse de rappeler. L'Église, chaque communauté chrétienne, ne vit pas pour elle-même, mais pour être " un signe et un instrument de l'unité du genre humain " (concile Vatican II).