Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Apocalypse 14,14-19

Alors j'ai vu : et voici une nuée blanche, et sur cette nuée, quelqu'un siégeait, qui semblait un Fils d'homme. Il avait sur la tête une couronne d'or et, à la main, une faucille aiguisée.
Un autre ange sortit du Sanctuaire. Il cria d'une voix forte à celui qui siégeait sur la nuée : « Lance ta faucille et moissonne : elle est venue, l'heure de la moisson, car la moisson de la terre se dessèche. »
Alors, celui qui siégeait sur la nuée jeta la faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.
Puis un autre ange sortit du Sanctuaire qui est dans le ciel ; il avait, lui aussi, une faucille aiguisée.
Un autre ange encore sortit, venant de l'autel ; il avait pouvoir sur le feu. Il interpella d'une voix forte celui qui avait la faucille aiguisée : « Lance ta faucille aiguisée, et vendange les grappes de la vigne sur la terre, car les raisins sont mûrs. »
L'ange, alors, jeta la faucille sur la terre, il vendangea la vigne de la terre et jeta la vendange dans la cuve immense de la fureur de Dieu.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean voit une nouvelle scène : six anges avec, au centre, le Christ qui porte une couronne sur la tête et une faucille à la main : c'est le Seigneur, juge de l'histoire. Le jugement universel est annoncé et préparé. Le prophète Joël avait déjà décrit " le jour du Seigneur " dans la vallée de la Décision : " Lancez la faucille : la moisson est mûre ; venez fouler la vendange : le pressoir est rempli et les cuves débordent de tout le mal qu'ils ont fait ! ". Jésus lui-même en avait parlé à plusieurs reprises en termes de moisson et de récolte. Le premier ange avertit que le jugement est à la porte et apporte l'Évangile éternel. Ce n'est pas le " petit livre ", réservé aux disciples, mais l'annonce de la primauté de Dieu et de l'amour sur la vie des hommes : " Craignez Dieu et rendez-lui gloire ", qui pourrait être traduit : " Celui qui se laisse guider par l'amour sera sauvé ". C'est ce que nous lisons dans le jugement final de Matthieu au chapitre 25. L'Évangile éternel est l'Évangile universel de l'amour, auquel nous pouvons ajouter la deuxième béatitude que l'Apôtre place dans l'Apocalypse : " Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur ", car c'est à eux qu'appartient le royaume des cieux. Sur le chemin de l'amour, les croyants trouvent de nombreux compagnons de route. Ce sont tous ceux qui vivent d'autres traditions religieuses ou qui n'appartiennent à aucune, mais sont tous unis par leur amour pour les pauvres. C'est un grand peuple, bien plus grand que les disciples de Jésus. Ce sont tous ceux qui, comme le Samaritain qui n'appartenait pas à la foi d'Israël, sont néanmoins présentés par Jésus comme exemple du croyant qui aime et qui trouvera le salut. C'est cet immense peuple de miséricordieux qui sauve secrètement l'histoire humaine de la cruauté. En vérité, ils sont tous la lumière du monde et le réconfort des pauvres. Comme le dit le pape François, parce qu'ils sont miséricordieux, ils seront " miséricordieux par Dieu ", accueillis dans le royaume. L'histoire du salut est l'histoire des gestes d'amour qui sont éternels.