Prière avec les Saints

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Apocalypse 15,1-4

Alors j'ai vu dans le ciel un autre signe, grand et merveilleux : sept anges qui détiennent sept fléaux ; ce sont les derniers, puisque s'achève avec eux la fureur de Dieu.
J'ai vu comme une mer de cristal, mêlée de feu, et ceux qui sont victorieux de la Bête, de son image, et du chiffre qui correspond à son nom : ils se tiennent debout sur cette mer de cristal, ils ont en main les cithares de Dieu.
Ils chantent le cantique de Moïse, serviteur de Dieu, et le cantique de l'Agneau. Ils disent : ( 3) « Grandes, merveilleuses, tes œuvres, Seigneur Dieu, Souverain de l'univers ! Ils sont justes, ils sont vrais, tes chemins, Roi des nations.
Qui ne te craindrait, Seigneur ? À ton nom, qui ne rendrait gloire ? Oui, toi seul es saint ! Oui, toutes les nations viendront et se prosterneront devant toi ; oui, ils sont manifestés, tes jugements. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ce passage marque le début de la dernière période de sept ans avant la fin des temps. Le jugement est sur le point d'advenir. Les sept anges soufflant dans des trompettes sont remplacés par sept anges, tenant chacun une coupe. La vision qui s'ouvre devant les yeux de l'apôtre est celle d'une mer de cristal sur laquelle se tiennent les témoins du Christ, ceux qui ont résisté à la Bête. Comme les Juifs au sortir de la mer Rouge, ils chantent un hymne de louange au Seigneur pour ses merveilles. Ils ne chantent pas leur témoignage, ils ne chantent pas leurs louanges, ils ne réclament pas de privilèges pour leurs œuvres, comme nous sommes habituellement tentés de le faire. Ils louent les grandes et merveilleuses œuvres que Dieu a accomplies pour le salut de l'humanité. C'est le Seigneur, en effet, qui les a fortifiés, sauvés et protégés. Ils affirment clairement la primauté de Dieu sur leur vie, voire sur l'ensemble de l'histoire humaine. L'Apocalypse les place sous nos yeux pour que, en les regardant, nous apprenions à nous placer devant Dieu et à lui adresser nos louanges. Leur chant est entrecoupé de passages bibliques, comme pour nous suggérer, à nous aussi, la richesse de la Bible pour notre prière, à l'image de la beauté et de la force de la prière des psaumes. On considère que les psaumes sont les prières que Dieu a mises sur nos lèvres parce que, lorsque nous les disons, nous sommes sûrs qu'elles atteignent son cœur et le touchent. À la fin du chant, Jean voit la " Demeure du témoignage " s'ouvrir dans le ciel. Dans la tradition d'Israël, cette demeure, cette tente, était le lieu de la manifestation de Dieu à son peuple, un lieu non pas de colère ou de punition, mais de miséricorde et d'amour. Chaque assemblée de prière doit devenir une demeure de témoignage et de miséricorde. Dans chaque prière, les cieux sont ouverts et Dieu est à l'écoute de ses enfants qui l'invoquent. La prière, en particulier la prière communautaire, ne monte pas seulement jusqu'au ciel, mais déchire le cœur même de Dieu au point de l'obliger (une obligation d'alliance) à l'accomplir.