Prière pour les pauvres

Partager Sur

Aujourd'hui, en la basilique Sainte-Marie-du-Trastevere, on prie pour les malades.
L'Église byzantine honore aujourd'hui saint Sabas (+532), " archimandrite de tous les ermites de Palestine ".


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Isaïe 35,1-10

Le désert et la terre de la soif, qu'ils se réjouissent ! Le pays aride, qu'il exulte et fleurisse comme la rose,
qu'il se couvre de fleurs des champs, qu'il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et du Sarone. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu.
Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent,
dites aux gens qui s'affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c'est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. »
Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s'ouvriront les oreilles des sourds.
Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie ; car l'eau jaillira dans le désert, des torrents dans le pays aride.
La terre brûlante se changera en lac, la région de la soif, en eaux jaillissantes. Dans le séjour où gîtent les chacals, l'herbe deviendra des roseaux et des joncs.
Là, il y aura une chaussée, une voie qu'on appellera « la Voie sacrée ». L'homme impur n'y passera pas - il suit sa propre voie - et les insensés ne viendront pas s'y égarer.
Là, il n'y aura pas de lion, aucune bête féroce ne surgira, il ne s'en trouvera pas ; mais les rachetés y marcheront.
Ceux qu'a libérés le Seigneur reviennent, ils entrent dans Sion avec des cris de fête, couronnés de l'éternelle joie. Allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s'enfuient.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le chapitre 35 du livre d'Isaïe s'ouvre sur un chant de joie. La question fuse immédiatement : est-il possible de se réjouir dans une période difficile ? N'est-il pas plus facile de se résigner quand nos mains sont fatiguées, nos genoux chancelants et nos cœurs " égarés " ? Or, le Seigneur n'abandonne pas son peuple : il ne veut pas que les bouleversements qui se produisent le poussent à la résignation. Les paroles du prophète invitent à l'espérance : Dieu est à l'œuvre et conduira son peuple vers le salut. Certes, tout ne dépend pas de nous, mais nous pouvons contribuer à rendre le monde meilleur en nous mettant à l'écoute du Seigneur, en croyant à la force transformatrice de sa Parole. Dès lors que nous l'écoutons, l'histoire change : " Dites aux cœurs défaillants : Soyez forts, ne craignez pas, voici votre Dieu. " Sa Parole transforme les hommes et l'histoire : " Les yeux des aveugles verront et les oreilles des sourds s'ouvriront. Alors, le boiteux bondira comme un cerf et la bouche du muet criera de joie. " Comment croire à la promesse de Dieu en ces temps difficiles où le mal semble toujours l'emporter, nous laissant sans espoir et sans réponses ? Si nous nous sommes égarés, si nous avons cédé à la violence de la guerre et aux injustices, si nous nous laissons aller à la résignation, si nous ne savons que nous plaindre et même, éventuellement, accuser les autres, alors le moment est venu, comme nous le dit le prophète, de nous raviser et d'espérer dans la force de Dieu qui nous accompagne et nous conduit de sa main puissante.