Prière pour l'Église

Partager Sur

Nous honorons saint Nicolas (+343), dont les reliques sont conservées à Bari. Évêque de Myre en Asie Mineure (actuelle Turquie), il est vénéré dans tous les pays d'Orient. Nous pensons à cette occasion à tous les chrétiens vivant en Orient.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Isaïe 40,1-11

Consolez, consolez mon peuple, - dit votre Dieu -
parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié, qu'elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes.
Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu.
Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée !
Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. »
Une voix dit : « Proclame ! » Et je dis : « Que vais-je proclamer ? » Toute chair est comme l'herbe, toute sa grâce, comme la fleur des champs :
l'herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe sur elle le souffle du Seigneur. Oui, le peuple est comme l'herbe :
l'herbe se dessèche et la fleur se fane, mais la parole de notre Dieu demeure pour toujours.
Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! »
Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage.
Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Inspiré par l'Esprit de Dieu, le prophète adresse des paroles de consolation et de réconfort au peuple en exil, affligé de se trouver loin de Jérusalem. Si, d'une part, il invite le peuple à réfléchir sur la fragilité de la vie, d'autre part, il l'exhorte à lever les yeux vers le Seigneur qui ne l'a pas abandonné et vient même le libérer. Voilà pourquoi il est urgent d'aplanir la route dans le désert afin que Seigneur puisse venir. Ce désert, c'est celui de nos cœurs : ce sont les villes privées d'amour, de vie, de dignité, en proie à la violence, à la guerre, à l'abandon et à la solitude. Le Seigneur vient libérer les cœurs des chaînes du mal, du péché et de l'égoïsme. Lorsque la Parole de Dieu touche notre cœur, elle le fait refleurir : un cœur nouveau engendre un monde nouveau. Le Seigneur demande au prophète de consoler son peuple, c'est-à-dire de parler à son cœur afin qu'il reprenne espoir en plaçant sa confiance non pas en lui-même, mais en Dieu qui sauve. Il l'invite à s'adresser à tous les hommes, afin qu'aucun ne soit privé de l'annonce des temps nouveaux, qui seront le temps du salut. Il lui adresse donc cette requête : " Monte sur une haute montagne, messagère de Sion ; élève et force la voix, messagère de Jérusalem. " En ce temps de l'Avent, en tant que croyants, nous sommes tous invités à accueillir cette Parole d'espérance, à titre individuel comme au sein de nos communautés chrétiennes.