news

L'école est finie : bilan positif grâce à l'intégration des enfants arrivés par les couloirs humanitaires

8 Juin 2019 - MONTE PORZIO CATONE, ITALIE

Couloirs humanitaires
enfants

L'expérience d'une école de la province de Rome dans le témoignage de sa directrice

Partager Sur

L'école est finie : les enfants pensent à l'été et les parents à la manière dont leurs enfants ont passé l'année entre les difficultés et les satisfactions. Le bilan est positif, dit la directrice d'une école de Monte Porzio Catone, dans la province de Rome, en pensant à trois enfants syriens arrivés en Italie juste à temps pour commencer l'année scolaire.

Ils sont arrivés par les couloirs humanitaires avec leurs parents et leur grand-mère. Le plus petit a terminé la dernière année d'école maternelle ; son frère l'école élémentaire ; le plus grand va au collège. A. (11 ans) est bon en mathématiques tandis que M. (13 ans) aime courir et participe aux compétitions d'athlétisme. Sa famille le suit avec attention en le laissant participer aux excursions scolaires et en faisant confiance aux médiateurs culturels et aux enseignants. Ces derniers ont voulu que les enfants soient insérés dans les classes avec les élèves de leur âge. Une fois les inquiétudes passées, l'année scolaire s'est conclue par d'excellents résultats.

Pour le père des enfants aussi. Issam (39 ans) a passé en Italie le permis pour conduire un tracteur afin de pouvoir retravailler en tant qu'agriculteur. La famille est accueillie dans une maison mise à disposition par les pères Betharramiti, qui les soutiennent dans la vie quotidienne. Comme beaucoup d'autres familles, ils seront bientôt autonomes.

La petite ville de Monte Porzio Catone s'est révélée être un environnement favorable pour l'inclusion de cette famille (les couloirs humanitaires établissent en effet un modèle d'accueil par capillarité). Ce lieu leur rappelle leur terre d'origine, un village de Syrie dans le désert de Homs, Al-Qaryatayn, où ils vivaient à la campagne. En août 2015, ce village a été détruit par Daesh et la famille Al Habib a tout perdu.

Aujourd'hui les enfants peuvent continuer à apprendre l'italien, suivent des cours d'été et les parents apprennent aussi la langue tout en créant des liens sociaux. Rien que dans la province de Rome (Marino, Tivoli, Velletri, Ciampino), ce sont 70 enfants et jeunes qui sont arrivés par les couloirs humanitaires et qui ont bénéficié d'une insertion scolaire. Ce sont des retours à une vie normale, dans une Italie qui accueille et qui écrit de nouvelles histoires.