news

"Le chrétien est un homme, une femme qui chante". Prédication du pasteur vaudois Paolo Ricca à Santa Maria in Trastevere

19 Décembre 2019 - ROME, ITALIE

HOMÉLIES

Lc 2, 10-14; Eph 5, 18- 20

Partager Sur

Mercredi 18 décembre le pasteur vaudois Paolo Ricca a de nouveau tenu une prédication durant la prière du soir de Sant'Egidio dans la basilique de Sainte-Marie-au-Transtevere. Nous rapportons ci-dessous le texte prononcé.

Ecouter le podcast

Lc 2,10-14
Eph 5,18b-20

Chers frères et soeurs, l'une des caractéristiques principales du récit de Noël selon l'évangéliste Luc est la profusion des chants. Il y a le Cantique de Maria, le fameux Magnificat, que nous connaissons presque par coeur; le Cantique de Zacharie, le père de Jean-Baptiste; le Cantique des anges la nuit de Noël qui accompagnent la naissance de Jésus et qui l'annoncent au monde; et le Cantique du vieux Syméon, qui, tenant l'enfant dans ses bras, dit qu'il peut alors mourir en paix car "mes yeux ont vu le salut" (Lc 2,30). Tant de chants l'un après l'autre. Si vous prenez ensuite le livre de l'Apocalypse, qui est dans le Nouveau Testament le livre qui reflète le plus la liturgie de l'époque, le culte des tout premiers chrétiens, se vous lisez l'Apocalypse, vous trouverez là aussi des chants en abondance. Le chrétien est un homme qui chante, la chrétienne est une femme qui chante.

Paul également, comme vous l'avez entendu, le plus grand apôtre chrétien de tous les temps, insiste sur ce point: "Dites entre vous des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre cœur". Le grand philosophe grec Platon disait que l'amour rend tous poètes. Nous pouvons dire que l'amour de Dieu rend tous chanteurs. Chanter n'est pas seulement un devoir, c'est bien plus. C'est un besoin profond, une nécessité du coeur: il ne me suffit plus de parler comme chrétien. Certes je parle aussi, mais cela ne me suffit plus, à un moment donné je dois chanter. Pourquoi dois-je chanter? Je ne sais pas, je ne sais pas, mais je ne peux pas m'en passer. C'est un excès, une surabondance de joie ou de douleur, qui m'impose de chanter, qui m'oblige à chanter.

Les paroles du chant sont les mêmes que celles du discours, il n'y a pas d'autre vocabulaire pour le chant que celui du discours, mais ce n'est pas la même chose: une parole chantée n'est pas comme une parole "parlée". Quelle différence y a-t-il alors? Il y a la même différence qu'entre la prose et la poésie. La parole chantée est à la parole "parlée" ce que la poésie est à la prose. Les paroles sont les mêmes. Le vocabulaire est le même. Mais il y a une différence.

La prose dit seulement ce que les paroles disent, la poésie en revanche dit ce que les paroles ne disent pas, ou mieux encore la poésie dit plus que ce que les paroles disent. C'est-à-dire que le poète est celui qui sait organiser les paroles du discours de manière telle que ces paroles disent davantage. Ainsi le chant, la parole chantée, dit plus que celle parlée. Si cette parole chantée est ensuite musicalisée, c'est-à-dire si la musique accompagne le chant, alors elle dira encore davantage. Ceci est un miracle absolu: que le chant ait le pouvoir d'augmenter la qualité, la capacité expressive des paroles, et que la musique ait le pouvoir d'augmenter la valeur expressive, la force communicative de la parole chantée. Nous nous trouvons donc en présence d'un double miracle. Que la parole chantée dilate miraculeusemenet la signification de la parole parlée et que la musique dilate à son tour la parole chantée. C'est une valeur ajoutée impressionnante.

Je voudrais donner un exemple: “Va' pensiero, sull'ali dorate” [Littéralement "Va, pensée, sur les ailes dorées", extrait de Nabucco, opéra de Giuseppe Verdi]. Si vous lisez les paroles sans les chanter, ce sont des paroles poétiques qui ont plus ou moins de valeur, les paroles disent simplement ce qu'elles disent, mais si vous chantez "Va' pensiero", alors les paroles acquièrent un poids, une valeur, une force communicative que la simple lecture ne transmet pas, et si cette parole chantée est ensuite accompagnée par la musique de "Va' pensiero", nous avons une troisième expérience de la valeur expressive, de la puissance communicative que la musique attribue, donne à la parole chantée.

Depuis les origines du monde la musique est comme l'âme secrète de toute chose créée, étant donné que toute chose dans le monde "a un son"; comme le notait déjà saint Augustin, même une pierre, si vous la frappez, émet un son. Chaque chose a son propre son, a sa propre musique. Voilà pourquoi je dis que la musique est l'âme secrète de toute chose qui existe, de tout ce qui respire; mais par rapport au son des choses inanimées, la voix, la voix est l'expression par excellence de la créature humaine et constitue un mystère, que ni la philosophie ni la science ni la théologie n'ont jamais réussi à expliquer. La voix humaine avec ses mille modulations et capacités expressives et sa prodigieuse force de communication est l'oeuvre d'art dans laquelle se manifeste l'exceptionnelle générosité et sagesse du Créateur. La musique est par bien des aspects comme la voix humaine, mais sa force est encore plus grande et sur ce point elle ressemble à la Parole de Dieu; il y a une analogie entre la musique et la Parole de Dieu car la musique remplit la même fonction: elle gouverne et guide les sentiments, console les affligés, conforte les désespérés, humilie les superbes, calme les exaltés, elle est comme une caresse pour l'âme, une parole douce qui descend dans le coeur.

Quant à nous, dans cette basilique de Santa Maria in Trastevere, nous avons de la chance, nous avons vraiment beaucoup de chance: nous avons un organiste de première classe qui ajoute sa musique à nos paroles et nous avons un choeur qui chante avec nous et pour nous de manière impeccable. Je ne serais pas surpris que quelques-uns parmi vous fréquentent cette prière, certes pour prier mais peut-être également encore davantage pour écouter ce choeur et chanter avec lui. Prier, c'est aussi ça.

Ainsi, si vous êtes d'accord, je voudrais faire une proposition, certes inhabituelle, mais cohérente avec la joie du chant et de la musique: applaudissons notre organiste et notre choeur!