news

Sant’Egidio et le Mozambique, l’histoire d’une paix (et d’une amitié) qui fête aujourd’hui ses 24 ans

4 Octobre 2016

PaixL'AfriqueLe Mozambique

Des pourparlers pour la fin de la guerre civile au programme pour le soin du SIDA, en passant par l’inscription à l’état civil, la lutte contre la malnutrition. Aujourd’hui, aux côtés de la « génération de la paix »

Partager Sur

Vingt-quatre années se sont écoulées depuis ce 4 octobre 1992, fête de saint François. Ce jour-là, à Rome, était signé l'accord général de paix qui mettait fin à la guerre civile qui avait provoqué de si grandes souffrances au Mozambique. Une paix née dans un petit couvent du centre de Rome, où une communauté chrétienne, encore très jeune, se réunissait pour prier : Sant'Egidio.

Dans son amour pour les pauvres, appris de l'Evangile et de l'exemple de saint François, la Communauté de Sant'Egidio avait compris que la guerre est mère de toutes les pauvretés. Et elle avait pris soin de ce pauvre pays martyrisé par la guerre.

Aujourd'hui, cette paix dure depuis vingt-quatre ans. Nous rappelons, avec les paroles d'Angelo Romano, "qu'en 1992 le pays figurait parmi les plus pauvres au monde, plus encore, pendant de longues années, il a été le pays le plus pauvre du monde. Au Mozambique, on ne pouvait pas voyager, car tous les ponts sur le fleuve Zambèze avaient été détruits durant la guerre. Pendant de nombreuses années et aujourd'hui, le Mozambique, même s'il traverse un moment difficile de crise politico-militaire, a été l'un des pays qui a connu la plus grande croissance économique au monde, considéré par certains aspects comme un modèle. Des élections se sont tenues, deux président se sont succédé. D'importantes ressources économiques ont été découvertes. En somme, le pays a complètement changé. Surtout, la population a changé, car plus de la moitié des habitants sont nés après 1992. Il y a donc une “génération de la paix" actuellement la majorité des Mozambicains, qui n'a jamais connu la guerre et qui ne veut pas la connaître".

Sant'Egidio est restée proche du peuple mozambicain : elle a lancé un grand programme de lutte contre le SIDA, une campagne pour l'inscription à l'état civil des enfants "invisibles".

A cet extraordinaire processus de paix, l'artiste Stefano Di Stasio a dédié un grand tableau, conservé dans la salle de la paix de Sant'Egidio, inspiré du passage d'Isaïe 11, 6: “Ie loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, …”. Y sont représentés, se donnant l'accolade, les protagonistes du processus de négociation, devant  l'église Sant'Egidio, tandis que la colombe de la paix vole dans les cieux africains. En bas, le lion et l'agneau vivent ensemble tandis que la Paix brûle les armes pour toujours. 

Quadro di Stefano Di Stasio sulla pace in Mozambico - Sala della pace, Comunità di Sant'Egidio
Di Stasio - Pace in Mozambico (Sala della Pace - Sant'Egidio)