news

Inauguration du nouveau siège de l'école de la paix de Sant'Egidio pour les enfants de la périphérie de Gênes

3 Novembre 2017 - GÊNES, ITALIE

École de la Paixenfants

Ouvert au cœur du Cep. Anna, 13 ans : "De là nous pouvons changer notre quartier"

Partager Sur

Depuis les fenêtres, on voit la mer, les bateaux à l'horizon, la jetée du port. Mais en baissant le regard, on rencontre la silhouette grise des immeubles populaires et les décharges à ciel ouvert. Le nouveau siège de l'école de la paix de Sant'Egidio dans le quartier du Cep, à Gênes, est un lieu suspendu entre la beauté époustouflante du panorama et la réalité difficile des périphéries urbaines. C'est précisément l'une des caractéristiques des écoles de la paix de la Communauté : planter des racines dans les lieux difficiles pour regarder vers des horizons nouveaux.

Au Cep de Gênes, l'école de la paix existe depuis dix ans, depuis qu'un groupe de lycéens a commencé à rencontrer les enfants deux fois par semaine, de façon gratuite et bénévole. Avec le temps, des liens forts d'amitié se sont tissés avec l'ensemble du quartier. Cette année l’institution globale “Voltri 2” a mis à disposition un étage entier du complexe au cœur du quartier. Ansaldo Energia, Fondazione Carige et le groupe Rina ont financé les travaux et l'équipement. Il en résulte un beau siège, coloré - “une vraie maison”, sont-ils nombreux à commenter - où les enfants peuvent jouer et étudier en toute sérénité. Un lieu où l'on se sent protégé, dans un quartier difficile et souvent violent.

Tous étaient présents à l'inauguration dans un climat festif : enfants, parents, personnes âgées du quartier, instituteurs, professeurs, autorités (dont l'adjointe régionale à l'école Ilaria Cavo). Les enfants qui étaient là il y a dix ans étaient présents. Certains d'entre eux sont aujourd'hui bénévoles dans l'école. Il y avaient les réfugiés, que les enfants de l'école de la paix ont rencontrés durant l'année, sans peur ni préjugés. Pendant la fête, les enfants et les adolescents ont expliqué l'importance d'avoir un endroit, une maison colorée pour effacer la grisaille des immeubles de périphérie. “Si beaucoup de gens ont peur du Cep”, a dit Anna,13 ans, “nous voulons dire que nous n'avons pas peur. Nous voulons nous engager à faire du Cep un endroit meilleur. Nous sommes convaincus que la seule arme à notre disposition est le fait d'être ensemble. Ce n'est qu'ensemble que nous pouvons changer notre quartier et notre ville”.