news

Andrea Riccardi : « vivre ensemble entre peuples, dans les périphéries et en villes, est une révolution possible, si nous partons de notre cœur et de l’évangile »

11 Mars 2018 - ROME, ITALIE

Pape FrançoisAnniversaire Communautésantegidio50

A l’attention du pape François, à l’occasion de sa visite pour le cinquantième anniversaire de la Communauté

Partager Sur

Saint-Père,
Merci de Votre présence parmi nous. Pour les cinquante ans de la Communauté – comme Vous le savez – nous avons préféré ne pas célébrer un anniversaire en regardant en arrière ou savourer quelque succès, mais regarder devant nous. Il ne s’agit pas de faire des projets que l’histoire déjoue régulièrement, mais plutôt de voir qui vient à notre rencontre, qui a besoin d’aide aujourd’hui, quelles sont les demandes restées en suspens. En résumé, regarder d’où vient la vie et où se joue l’histoire.

Les temps ont bien changé depuis 1968 et nos origines. Des mondes entiers ont disparu, comme les régimes de l’est et les forces de l’utopie révolutionnaire ; les nouveaux mondes du sud ont perdu l’espérance d’être nouveaux et ont connu la guerre. Tout s’est mondialisé, devenant un grand marché. Peu de chose semble pourtant avoir changé dans les pouvoirs qui font l’histoire, comme l’argent, que Vous avez évoqué plusieurs fois. Il est donc impossible de changer le monde aujourd’hui ?

On dit que le monde globalisé est trop compliqué, qu’il faut avant tout survivre : se défendre des autres, des pauvres. C’est la logique du « pense d’abord à toi » : cela va de l’égocentrisme personnel à l’égoïsme national. Chaque pays doit se fermer et échapper à la marée du monde.
On se sent victimes et on a peur. Notre époque est celle de la colère, partout : contre les autres, contre ceux qui sont différents, contre les pauvres et les ennemis présumés. C’est une époque douloureuse, celle de la violence et des guerres sans fin : en Syrie ou au Soudan du Sud. Et la violence est tapie à la porte de chaque société. Mais comment les amis du Ressuscité pourraient-ils être tristes ?

Saint Augustin affirme : « Et vous dites : les temps sont difficiles… Commencez par vivre bien, et avec cette vie bonne, vous changerez le monde : changez le monde et vous n’aurez pas de raison de vous lamenter ! » (Sermon 311,8). Nous conservons de ’68 la conviction que tout peut changer et que cela dépend aussi de nous. Le Concile nous a offert la Parole de Dieu, qui illumine les cœurs, les esprits, le chemin, et augmente la foi. Même quand il fait sombre. On peut aller de l’avant, même quand il fait sombre !

Ceci nous libère de l’obséquiosité qui rend petits, peureux, avares, cléricaux, conservateurs. Ainsi enseignait Judith, la femme qui avec sa beauté mit à genoux l’arrogant : « celui qui craint le Seigneur est toujours grand » (16,16). Etre grands, c’est accepter le défi de rendre le monde meilleur. A mains nues et avec la parole. Les instruments de l’évangile sont les meilleurs : « Alors, les humbles de mon peuple poussèrent des cris retentissants – dit Judith - les faibles de mon peuple hurlèrent, et l'ennemi fut terrifié » (16,11). C’est la force des humbles et des pauvres.
Je voudrais dire que – non pour Vous faire un compliment mais pour décrire la réalité – depuis qu’avec l’Evangelii Gaudium Vous avez proposé de sortir dans les rues, en dehors des institutions, des sacristies, des plans pastoraux, de l’autoréférentialité, de l’égocentrisme, de notre pureté, un peuple grand s’est mis en marche. On a vu tant de gens vouloir faire du bien, tant de ressources et d’énergies, pas seulement de la colère mais aussi et surtout beaucoup d’amour. Et ceci nous donne de l’espérance et de la joie.

Dans cette perspective, Sant’Egidio ne se perçoit pas comme une communauté de gens parfaits (comment le pourrions-nous ?), mais comme une communauté de peuple, peut-être petite mais sans frontières, car sensible aux douleurs proches et lointaines. La colère et l’égocentrisme peuvent être guéris, si nous allons à leur rencontre avec sympathie, si nous rendons compte de l’espérance et si nous aidons les pauvres, qui sont de véritables maîtres de vie. Telle est la joie de l’évangile que nous éprouvons.

Le temps de la colère peut devenir le temps de la fraternité et de l’esprit. Vous nous avez dit à Assise en 2016 : « nous espérons et croyons en un monde plus fraternel ». C’est un rêve simple mais décisif. Vous ajoutiez : « notre avenir est de vivre ensemble. Nous sommes ainsi appelés à nous libérer des pesants fardeaux de la méfiance, des fondamentalismes et de la haine ». Ce n’est pas un programme impossible : au contraire, c’est une demande venant du gémissement des pauvres, des peuples et de la terre. Notre prière se syntonise avec ces gémissements, ici dans cette basilique et partout où nous sommes.

Vivre ensemble pour un monde plus fraternel entre les peuples, dans les périphéries et en ville, est une révolution possible, si nous partons de notre cœur et de l’évangile. Notre ami Olivier Clément, théologien orthodoxe, disait : « les seules révolutions créatrices de l’histoire sont nées de la transformation des cœurs ». L’histoire, mère de l’espérance, nous soutient. Et Vous aussi, Saint Père, Vous nous soutenez. Que le Christ, qui du haut de la mosaïque nous regarde avec des yeux attendris et tient sa Mère dans ses bras, transforme tout ceci en réalité. Merci !
 



Andrea Riccardi : « vivre ensemble entre peuples, dans les périphéries et en villes, est une révolution possible, si nous partons de notre cœur et de l’évangile »
Andrea Riccardi : « vivre ensemble entre peuples, dans les périphéries et en villes, est une révolution possible, si nous partons de notre cœur et de l’évangile »
Andrea Riccardi : « vivre ensemble entre peuples, dans les périphéries et en villes, est une révolution possible, si nous partons de notre cœur et de l’évangile »