news

Peine de mort : grand signe d'espoir, la suspension des exécutions en Californie, le plus grand couloir de la mort du monde

13 Mars 2019 - ÉTATS UNIS

Peine de mort

Partager Sur

La suspension de la peine capitale dans l'État de Californie est accueillie par la Communauté de Sant'Egidio avec une grande satisfaction, car, du fait de son importance et des motivations adoptées, elle ouvre de nouveaux espoirs pour une éventuelle et progressive abolition. "Dans un monde où le leadership s'est souvent transformé en “followship”, au diapason des sondages et des humeurs variables, la Californie et son nouveau gouverneur Gavin Newsom font preuve d'un grand courage politique et de leadership", déclare le coordinateur de la Campagne mondiale pour l'Abolition de la peine de mort, Mario Marazziti.

C'est en Californie que se trouve le plus grand couloir de la mort du monde, avec 737 condamnés, mais depuis 1978, il y a eu 11 exécutions, 77 décès de mort naturelle et 26 de suicide. Et 79 personnes ont, à ce jour, épuisé tous les recours. La Communauté de Sant’Egidio qui, avec une vingtaine de ministres de la justice réunis à Rome à l'occasion de la Conférence Internationale de la journée mondiale des villes contre la peine de mort à Rome, le 29 novembre dernier, avait lancé un appel au gouverneur sortant Brown pour commuer toutes les sentences capitales, exprime sa satisfaction et se félicite de la décision et de la clarté du gouverneur Newsom, qui a officialisé le fait qu'il “ne donnera l’autorisation à aucune exécution” durant son mandat, convaincu que “le meurtre intentionnel de quiconque est toujours une erreur” , que le système de la peine capitale “est un échec”, “a discriminé des personnes porteuses de handicaps mentaux, noires et de couleur, et celles qui ne peuvent pas se permettre de payer une défense juridique adéquate”, avec pour conséquence des personnes certainement innocentes qui ont été mises à mort.

Le gouverneur Newsom, en déclarant la peine de mort “absolue, irréversible et irréparable”, affronte avec courage les contestations évidentes de tous ceux qui, en Californie, ont demandé au contraire, avec la proposition 66, d'accélérer les procédures des exécutions. En harmonie avec la nouvelle conscience accrue dans l'Église catholique par les pontificats de Paul VI , Jean-Paul II et du pape Benoît, exprimée par le nouveau texte du Catéchisme voulu par le pape François, qui déclare que la peine de mort non seulement “n'est plus nécessaire”, mais “toujours inadmissibile".
De la Californie peut venir une nouvelle impulsion en direction de la restriction de la peine capitale dans les États-Unis, qui voit la prochaine abolition dans le New Hampshire, avec un vote bipartisan, où depuis vingt ans déjà, on assiste à une réduction du nombre des exécutions (cinq fois moins) et, pour la première fois, à la programmation de projets de loi pour l'abolition ou pour un moratoire dans les États à majorité républicaine, y compris l’Utah et les états du “Montagna”.