news

Journée Mondiale du Réfugié #20juin : une veillée de prière pour rappeler les 38.000 personnes mortes durant leur voyage vers l'Europe, tragédie de l'humanité

19 Juin 2019 - DÉCEMBRE, ITALIE

Mourir d'espoirCouloirs humanitaires
Immigration

Partager Sur

Pour la Journée Mondiale du Réfugié, le 20 juin, la Communauté de Sant’Egidio lance une grande invitation à participer à la veillée de prière “Mourir d’espoir”, organisée à Rome avec d’autres associations engagées dans l’accueil et l’intégration des personnes qui fuient la guerre ou d’autres situations intenables dans leurs pays.

A Rome, en la basilique Sainte Marie du Trastevere, mais aussi – dans les prochains jours – dans d’autres villes italiennes et européennes, nous rappellerons les plus de 38.000 personnes qui sont mortes, depuis 1988, en Mer Méditerranée ou sur d’autres itinéraires de l’exode vers l’Europe. Il s’agit d’un bilan trop lourd pour qu’on le considère – c’est trop souvent le cas – comme une statistique parmi d’autres. C’est plutôt une tragédie de l’humanité dont il faut faire mémoire et dont il faut exiger le respect, pensant à tous ceux – plusieurs millions – qui se trouvent actuellement dans des camps de réfugiés à travers le monde, dans l’attente de connaître leur sort

Pendant la veillée qui aura lieu à 18h à Sainte Marie du Trastevere et qui sera présidée le Cardinal Kevin Joseph Farrell, préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, seront rappelés quelques noms de personnes disparues et des cierges seront allumés en leur mémoire. De nombreux migrants, de différentes origines participeront à cette veillée, ainsi que des proches et des amis de ceux qui ont perdu la vie en mer.

Dès 17h30, sous le narthex de Sainte Marie du Trastevere, seront présentées quelques initiatives sur le sujet des migrations, comme la nécessité d’ouvrir de nouveaux couloirs humanitaires (modèle qui fonctionne et qui a permis à plus de 2.500 personnes de rejoindre l’Europe), d’un engagement accru pour la réinstallation de la part des pays où se trouvent actuellement les réfugiés, et de voies légales d’entrée pour raisons de travail.