news

Dialogue, paix et programme "Bravo!" au cœur de la visite de Monseigneur Vincenzo Paglia à Ouagadougou

4 Juin 2021 - OUAGADOUGOU, BURKINA FASO

Burkina Faso
BRAVOVincenzo Paglia

Partager Sur

L’amitié de la Communauté de Sant’Egidio avec le Burkina Faso dans tous ses aspects – depuis l’engagement qui remonte maintenant à près de 10 ans pour l’inscription à l’état civil des enfants, aux initiatives pour le dialogue et la paix – fut au cœur de la visite que Monseigneur Vincenzo Paglia a réalisé à Ouagadougou pendant quatre jours. Dans ce pays, qui depuis quelque temps subit de plus en plus fortement des attaques armées de la part de groupes djihadistes du Sahel – faisant de milliers de déplacés - Sant’Egidio représente « une présence importante », a souligné le Président du Burkina, Roch Marc Christian Kaboré, lors de sa rencontre avec Mgr Paglia et une délégation de Sant'Egidio, précisément parce qu’il y a grand besoin d’un dialogue réussissant à réunir toutes les composantes religieuses et civiles et « qui voit dans la diversité une richesse et non une occasion de conflits ». 

La visite fut l’occasion pour renouveler l’amitié avec l’archevêque de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouedraogo – qui a participé à de nombreuses rencontres avec Sant’Egidio sous le signe du dialogue et de la présence de l’Eglise en Afrique – et a rendu visite à la Communauté en se rendant sur quelques lieux importants de l’engagement de la Communauté dans le pays.

Une fête a été organisée dans la maison familiale où sont hébergées quelques personnes âgées – soustraites aux préjugés qui entourent souvent les aînés, provoquant leur isolement. A cette occasion, on a redit la nécessité que personne ne soit plus abandonné. Une autre rencontre importante fut celle avec l’équipe de Bravo! (Birth Registration for All Versus Oblivion), le programme pour l’inscription à l’état civil qui depuis 2009 a réussi à inscrire plus de 3.800.000 personnes dans les registres civils, en majorité des enfants qui, à cause de leur « invisibilité », risquent des formes de maltraitance de toutes sortes, en plus du fait de ne pas « exister » aux yeux de l’Etat dans lequel ils vivent. Particulièrement intéressante fut la visite à une maternité de Ouagadougou où, grâce à un accord avec l’Etat, les nouveaux nés sont enregistrés gratuitement dès leur naissance afin d’établir, au premier jour de vie, la certitude de leur identité.



Dialogue, paix et programme
Dialogue, paix et programme
Dialogue, paix et programme
Dialogue, paix et programme
Dialogue, paix et programme