news

Afghanistan. Une dette d'humanité envers Kaboul. Trois propositions pour les demandeurs d’asile afghans en Europe

18 Août 2021

L'Afghanistan
Marco ImpagliazzoCouloirs humanitaires

Un éditorial de Marco Impagliazzo

Partager Sur

La situation humanitaire extrêmement grave que connaît l'Afghanistan depuis quelques semaines a des répercussions non seulement à l'intérieur du pays, mais aussi pour les milliers d'Afghans qui ont cherché refuge à l'étranger ces dernières années. Ce long et vaste flux migratoire concerne des portions de la population appartenant aux différents groupes ethniques et confessions religieuses qui ont été persécutés par les Talibans. Parmi eux se trouvent de nombreux demandeurs d'asile dans différents pays de l'UE. Ce n'est pas un hasard si, depuis 2015, la deuxième nation la plus représentée parmi les demandeurs d'asile, après la Syrie, est l'Afghanistan, suivie du Venezuela. Compte tenu des pays mentionnés, il est facile de comprendre la profondeur de la souffrance dans laquelle vivent ces personnes. En outre, il ne faut pas oublier que le nombre de demandeurs d'asile, après le grand afflux de 2015 et 2016, dû en grande partie aux réfugiés syriens, n'a cessé de diminuer jusqu'à atteindre le point le plus bas en 2020, où un total de 417 000 demandes d'asile ont été déposées dans les 27 pays de l'Union européenne. La tendance à la baisse s'est également confirmée pour le premier trimestre de 2021 avec une diminution de 37% des demandes. Il n'y a pas d'"invasion" de réfugiés dans l'UE, au contraire, on constate une diminution constante de leur présence, en partie due à la pandémie de Covid.

Entre 2020 et les premiers mois de 2021, plus de 54 000 Afghans sont arrivés en Europe, principalement de Turquie via la Grèce ou la route des Balkans (Bulgarie, Serbie, Bosnie, Slovénie, etc.). La plupart d'entre eux sont des familles avec des mineurs, dont de nombreux mineurs non accompagnés. Les Afghans représentent, en pourcentage, la première nationalité des mineurs non accompagnés arrivant en Europe en 2020 : 41%. Cela signifie que nous avons affaire à une population de jeunes et de très jeunes. Les demandeurs d'asile afghans se dirigent principalement vers l'Allemagne, où des communautés stables existent depuis un certain temps, puis vers la France, la Belgique, l'Autriche et les pays scandinaves. Mais leur présence dans ces pays n'est pas sans poser de problèmes.

En fait, en Allemagne, environ la moitié des demandeurs d'asile afghans sont déboutés en tant que réfugiés. Parmi les autres, un grand nombre se voit accorder des permis pour des raisons humanitaires, tandis que seule une petite minorité est reconnue comme réfugiée. Le Danemark, la Suède, l'Allemagne, l'Autriche et la Norvège ont depuis longtemps commencé à rapatrier de force les demandeurs d'asile déboutés vers l'Afghanistan. Récemment, en raison de la situation critique dans le pays, le gouvernement afghan avait demandé à l'Union européenne d'arrêter le rapatriement forcé des demandeurs d'asile vers l'Europe pendant au moins trois mois. Cependant, le 5 août, les ministres de l'intérieur de six pays européens - l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Allemagne, la Grèce et les Pays-Bas - ont adressé une lettre à la Commission européenne dans laquelle ils déclaraient que les expulsions se poursuivraient malgré les appels. L’'arrêt des expulsions "enverrait un mauvais signal et inciterait probablement encore plus de citoyens afghans à quitter leur pays et à venir en Europe".

Adalbert Jahnz, porte-parole de la Commission des Affaires intérieures, a répondu à la lettre en disant qu'"il appartient à chaque État membre d'évaluer individuellement si une expulsion est possible". Heureusement, le 11 août, l'Allemagne et les Pays-Bas ont suspendu les expulsions vers l'Afghanistan. Le ministre allemand de l'Intérieur a déclaré que, pour le moment, les expulsions ne seraient pas effectuées, bien que 30 000 Afghans se trouvent dans cette situation.

L'Italie a une politique différente de celle des pays européens mentionnés, et elle est plus prudente dans l'acceptation des demandes d'asile et de protection subsidiaire des réfugiés afghans. En général, étant donné la situation très grave en Afghanistan, en attendant d'ouvrir des couloirs humanitaires et d'accélérer les regroupements familiaux pour ceux qui vivent dans des situations plus vulnérables à l'intérieur du pays, nous devons nous demander s'il n'est pas nécessaire d'adopter des mesures dans tous les pays européens pour alléger la situation des Afghans qui se trouvent déjà sur notre continent. Voici quelques propositions.

La première : suspendre toutes les expulsions déjà décrétées par les pays européens. La seconde : surmonter le critère d'inadmissibilité résultant du principe du pays tiers sûr (Turquie) appliqué en Grèce pour les citoyens afghans. Dans les camps, les îles et les villes de Grèce, il y a maintenant des milliers d'Afghans dont les demandes ne peuvent même pas être soumises sur la base de ce principe. La troisième consiste à réexaminer les demandes rejetées, compte tenu de la gravité de la situation en Afghanistan. Face à une tragédie telle que celle qui se déroule actuellement, de nombreux points de vue et approches étriqués doivent être abandonnés. Il ne suffit pas de regarder avec angoisse les images terribles qui viennent de loin : il est possible de commencer à donner des réponses dès maintenant. Pendant 20 ans, les Afghans et les Occidentaux ont essayé de construire un Afghanistan libre et démocratique. Le projet a échoué. Evitons, autant que possible, que le prix de l'échec soit payé par ceux qui y ont cru.

Marco Impagliazzo
Éditorial paru dans Avvenire, 18/08/2021
[Traduction de la rédaction]