news

L'Afrique souffre de la guerre en Ukraine: la pauvreté augmente au Malawi et au Mozambique

31 Juillet 2022

L'AfriqueAndrea Riccardi

Editorial d'Andrea Riccardi

Partager Sur

L'inflation galopante provoque des grèves et exacerbe les problèmes chroniques. Mais les jeunes veulent du changement...

La guerre en Ukraine est très éloignée de l'Afrique, que j'ai récemment visitée : le Malawi (18 millions d'habitants, 90% de la population vit dans les zones rurales, l'un des pays africains les plus densément peuplés), le Mozambique (31 millions d'habitants, la moitié dans l'extrême pauvreté, 85% d'agriculteurs). La guerre européenne leur fait déjà sentir ses conséquences. La hausse des prix du carburant provoque des grèves au Mozambique. Tout le monde remarque la hausse des prix. Le sandwich est devenu plus petit. Dans certaines régions du Malawi et du Mozambique, on ressent le risque de famine, surtout pour les plus pauvres, les personnes âgées. La pauvreté des personnes âgées est élevée, comme dans une grande partie de l'Afrique, dépourvue de système de sécurité sociale. Les personnes âgées dépendent en tout de leur famille, lorsqu'elles en ont une. 

Le Malawi, tout agricole qu'il soit, regarde l'avenir avec crainte. En 2012, il y a eu une famine qui a causé 3 000 morts et beaucoup de souffrance. Dans le monde globalisé, nous sommes tous connectés et les conséquences de la guerre ukrainienne se font sentir à distance. La pandémie de Covid-19 a déjà frappé l'économie des rues, source de subsistance pour beaucoup dans ces pays. Maputo, la capitale du Mozambique, que j'ai visitée à de nombreuses reprises depuis qu'elle a été frappée par la famine en 1984, est en constante expansion, avec de nouveaux bâtiments, une circulation intense, de nouvelles entreprises. L'économie se développe, mais la prospérité appartient à un trop petit nombre de personnes. 

La paix entre le FRELIMO (alors parti unique au pouvoir, qui a mené la guerre de libération contre le colonialisme portugais) et la guérilla de la RENAMO a été signée il y a 30 ans, le 4 octobre 1992, après de longues négociations à Sant'Egidio. Matteo Zuppi et moi-même étions médiateurs. Pendant de nombreuses années, le pays a été en paix. Aujourd'hui, dans le Nord, en plus de grandes richesses naturelles, une guérilla islamiste est malheureusement apparue, que le gouvernement est incapable de vaincre. Elle terrorise la population par la violence et les massacres. Près de 900 000 Mozambicains ont quitté leurs foyers et s'entassent en désespoir de cause à Pemba et ailleurs, sans véritable camp et avec peu d'aide. Tant de douleur semble bien loin de l'agitation de Maputo. Mais c'est aussi le Mozambique.

Beira, une ville où le Portugal a laissé son empreinte urbaine, se trouve sur l'océan Indien. Le grand défi est la montée des eaux. En 2019, un cyclone tropical intense, Idai, a frappé la ville, semant la destruction. J'ai visité des maisons reconstruites pour les personnes âgées dans le cadre d'une initiative de solidarité. L'une d'entre elles, Helena, m'a dit : "Je me sens comme une personne, parce que j'ai un toit". Je suis impressionné par le fait qu'elle a accueilli dans sa petite maison, dont elle est fière, cinq enfants, ses petits-enfants et d'autres personnes. Comment vont-ils manger ? Personne n'est jamais si pauvre qu'il ne puisse aider une personne pauvre. .... J'ai rencontré des malades du sida, traités dans les centres Dream au Mozambique et au Malawi : la grande victoire, il y a 20 ans, a été de mettre en place un traitement comme ceux qui sont proposés en Europe, alors que les organisations internationales prétendaient que ce n'était pas possible en Afrique en raison de l'incapacité de l'Afrique à suivre un traitement médical. Une politique honteuse, qui sanctionne l'inégalité avec le Nord du monde. Pour les Africains, disaient-ils, la prévention suffisait et donc pour les malades, sans traitement, c'était une condamnation à mort. Au Mozambique et au Malawi, la vie bat son plein. Il y a beaucoup d'enfants et de jeunes qui veulent vivre et s'améliorer. À Beira, je me suis rendu sur la tombe (une petite croix sur le sol et c'est tout) de l'évêque Jaime Gonçalves, médiateur pour la paix à Rome. Il a été le premier à en rêver.

Le monde a besoin de paix. Et l'Afrique a encore besoin de rêves. 

[traduction de la rédaction]