Traduction Presse

Arrêtons la guerre en Ukraine et construisons un nouvel ordre mondial

4 Mars 2022

PaixL'UkraineAndrea Riccardi

Editorial d'Andrea Riccardi

Partager Sur


Cela peut sembler utopique aujourd'hui, mais seul le dialogue que pourra engendrer une relation différente entre la Russie et l'Ukraine.

Ce qui se profilait sinistrement à l'horizon depuis des jours s'est produit : l'entrée armée des Russes en Ukraine. C'est la guerre. La plus grande guerre en Europe depuis 1945. Il y a eu des guerres dans les Balkans, mais ce conflit-là a pour acteur une superpuissance, la Fédération de Russie. On a parlé d'un retour de la guerre froide, mais aujourd'hui, c'est la guerre des guerres.

Lorsque vous commencez une guerre, vous ne savez jamais combien de temps elle va durer et combien de pays seront impliqués. En fait, elle échappe à ceux qui l'ont voulue et elle a une logique en partie incontrôlable. Il est certain que, depuis jeudi matin, nous comptons tous pour beaucoup moins. Le sort de la guerre et de la paix se trouve entre les mains d'un très petit nombre. Avec la paix, tout est possible : chacun, chaque initiative, chaque dialogue peut contribuer à apaiser la situation. Au contraire, en cas de conflit, les armes prennent le dessus. Et les armes sont la négation du dialogue et de la compréhension mutuelle. Elles obligent des centaines de milliers de personnes, comme en Ukraine, à se réfugier chez elles, dans des abris ou dans la clandestinité, ou à fuir vers des lieux qu'elles estiment plus sûrs.

La Russie est à blâmer pour cette guerre. Pourtant, il y a une histoire remontant à plusieurs années qui a conduit à la détérioration des relations en Europe de l'Est, dans laquelle trop d'acteurs ont commis des erreurs. On n'a pas pensé au danger qui se profilait à l'horizon et qui a été dénoncé à maintes reprises, y compris dans ces pages : la guerre est revalorisée en tant qu'instrument de résolution des conflits, tandis que la valeur première de la paix se perd. Il y a eu un changement culturel et politique, qui a conduit à une pensée dangereuse : l'autre est toujours un usurpateur et moi, mon pays, la victime. En attendant, le langage des menaces prend le pas sur celui du dialogue.

Je me demande maintenant ce que l'on peut faire. Il faut faire quelque chose, car la guerre peut durer longtemps. Depuis combien de temps le conflit en Syrie dure-t-il ? Chaque guerre réserve des surprises douloureuses à tous ceux qui y participent.

Je comprends que cela puisse paraître utopique en cette période d'attaque russe, mais un cessez-le-feu doit être demandé pour arrêter l'effusion de sang. Ces étapes peuvent ouvrir un dialogue.

Signez ici l'appel d'Andrea Riccardi pour un "cessez-le-feu" en Ukraine.

En effet, seul le dialogue peut donner naissance à une relation nouvelle et satisfaisante entre la Russie et l'Ukraine. Mais tout doit s'inscrire dans le cadre d'une relation différente et coopérative entre l'Occident et la Russie. Le monde global a besoin d'une architecture de dialogue, car trop de questions et trop de liens poussent à une coopération intégrée. Et, d'autre part, en raison de la multiplicité des acteurs, le risque de conflit existe, presque plus que pendant la guerre froide.

Une nouvelle architecture doit être construite sur le modèle de ce qui a été fait avec l'accord d'Helsinki de 1975, qui a conduit à l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Un monde global et désarticulé, avec des accords à géométrie variable, est de plus en plus dangereux. Et le danger concerne tout le monde.

Arrêtons la guerre en Ukraine et commençons à construire un ordre adapté aux défis du monde ! Cependant, nous sommes encore loin du compte. L'Ukraine souffre de la guerre. En fin de compte, la Russie elle-même ne se construira pas un avenir meilleur. La guerre pénalise tout le monde dans un avenir interconnecté.

 

Editorial d'Andrea Riccardi paru dans Famiglia Cristiana du 6/3/2022

[traduction de la rédaction]


[ Andrea Riccardi ]