Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  
13 Mars 2017

Quatre ans de pontificat : la « sympathie » évangélique d’un pape missionnaire

Dès le début, le pape a mis au premier plan le caractère attirant du christianisme en utilisant un langage évangélique. L'éditorial d'Andrea Riccardi dans le Corriere della sera

 
version imprimable

Ces quatre dernières années, Bergoglio a relancé le rôle, notamment diplomatique, de l’Eglise en utilisant un langage plus ancré dans le vécu et moins ecclésiastique, ouvert aux diversités.

 

Quatre années se sont écoulées depuis l’élection du pape François : la moitié du pontificat du pape Ratzinger. Quant à Jean XXIII, il a été pape pendant cinq ans à peine. Le pontificat de Bergoglio est marqué par la « surprise », à commencer par celle du nom de François. Une immense popularité a accompagné ce « chrétien sur le trône de Pierre », pour reprendre l’expression de Hannah Arendt à propos de Jean XXIII. Dès le début, le pape a mis au premier plan le caractère attirant du christianisme en utilisant un langage évangélique. Les combats pour les « valeurs non négociables », il les a abandonnés, convaincu que s’appesantir sur le plan socio-politique ne constitue pas une victoire pour l’Eglise, qui doit attirer et non pas « lutter contre ». Dans ce sens, le conclave de 2013, en élisant Bergoglio, a renversé le modèle de christianisme minoritaire, cohérent, défenseur des valeurs, tel que l’expriment l’Eglise italienne et d’autres Eglises. Les cardinaux se sont tournés vers l’Amérique Latine, le plus grand continent catholique, où avait mûri la vision de la conférence des évêques à Aparecida. Cette dernière, sous l’influence du cardinal et des théologiens de Buenos Aires (mais pas seulement eux), a proposé une vision du christianisme de peuple, sans frontières, aux dimensions de la ville globale, pas défensive. Pour François, l’Eglise doit inaugurer une saison de sympathie, au sens profond et évangélique du terme.

Depuis 2013, Bergoglio, en tant que pape, est « missionnaire », comme il entendait l’être quand il était jeune et comme l’interprète de façon complexe son penseur de référence, Michel de Certeau. Il communique l’Evangile avec un langage ancré dans le vécu, a horreur du langage ecclésiastique, rencontre des personnes et des mondes différents, ne se coupe pas de la diversité et de l’altérité, mais se laisse au contraire attirer par elles. Il est serein, plus allègre qu’il ne l’était à Buenos Aires, à son aise dans le « métier impossible » de pape, ainsi qu’il le définit. Il a placé sous l’attention de tous, comme jamais dans l’Eglise, les pauvres et les faibles. Les critiques disent qu’il récolte plus de consensus en dehors de l’Eglise qu’à l’intérieur. C’est un mythe. C’est au contraire un immense peuple de fidèles lui le suit. Son pontificat secoue l’Eglise, en lui redonnant sa vitalité, mais les critiques internes ne manquent pas parmi les prêtres, les évêques, les gens de la curie. Pour cette raison notamment qu’il exige des changements. Il a créé un climat de plus grande liberté : ainsi, les critiques fusent et la webosphère s’emballe, surtout les sites traditionnalistes.

« L’obéissance n’est plus une vertu », écrivait don Milani en d’autres temps. Cela est vrai aujourd’hui, surtout dans les milieux conservateurs et traditionnels. L’une des contradictions évidentes d’un catholicisme traditionnel, qui devrait être acquis au pape, est qu’il n’aime pas, voire attaque le pape. Ainsi, parmi les catholicismes de l’Est, ceux de Visegrad, la perplexité est de mise, en particulier quand le pape parle de la famille ou des migrants. Dans différentes Eglises africaines, son message est filtré par des évêques inquiets de voir se perdre l’identité catholique et le prestige de l’autorité dans un monde assiégé par les mouvements sectaires et par la théologie de la prospérité. L’on n’a jamais autant vu d’oppositions au pape, pas même du temps de Paul VI. Toutefois le leadership papal est fort. Il ne s’agit pas d’en dresser le bilan. Certes, François est une référence sur la scène internationale. La chancelière Merkel le considère comme un grand leader. Beaucoup de chefs de gouvernement lui rendent visite à Rome, après que la diplomatie a négligé le Vatican avant lui. L’Irlande, après avoir fermé son ambassade au Vatican en 2011, l’a rouverte avec François. En ce moment, le pape est préoccupé par le climat de tension internationale. Le fait qu’il redoute une guerre plus ample n’est pas un secret, ni son constat que le monde est en train d’accepter comme un fait normal l’idée de combattre, même si pour le moment ce n’est que « par morceaux ».

François ne croit pas à un projet réformateur à mettre en œuvre dans l’Eglise. Celui, limité, des changements de la Curie, peine à se mettre en œuvre. Le pape gouverne avec détermination mais, en même temps, reste ouvert aux suggestions. Le rôle de la Secrétairerie d’Etat, proche du pape, a repris de la vigueur. Certaines procédures, comme la nomination des évêques, sont souvent contournées par le pape, car elles ne le convainquent pas en raison de leur caractère « de cordée » (comme il le dit). Pour la nomination du vicaire de Rome, il a organisé une vaste consultation chez les prêtres et les laïcs. On le sent animé du sentiment de responsabilité personnelle du supérieur jésuite, mais aussi du souci (toujours jésuite) de la consultation. Il ne s’agit pas encore de nouvelles institutions stables. François guide l’Eglise vers une transition délicate à l’intérieur de la mondialisation, dans laquelle il voit la primauté tyrannique de l’économie et l’évolution préoccupante du religieux vers le culte de la prospérité ou de l’identité belliqueuse. Il ne veut pas le refuge derrière les murs du souverainisme catholique, qui se présente comme le protecteur d’une prétendue nation chrétienne. Il croit dans la navigation en haute mer, convaincu que les consciences des chrétiens et la foi des humbles ont la boussole de l’avenir. Illusoire, voire présomptueux par rapport à ses prédécesseurs ? Le pape Bergoglio rappelle qu’il est venu à Rome il y a quatre ans avec un billet retour pour Buenos Aires et la perspective de la retraite. Il n’était pas le candidat de la grande presse. Il fait comprendre que, s’il a été choisi, c’est qu’il y aura eu une raison « supérieure ». Ainsi affronte-t-il l’avenir de façon pacifique à quatre-vingts ans, avec un programme dense, et entre autres des voyages en Egypte et en Colombie. Les surprises ne sont pas terminées. Redoutées par les uns et souhaitées par les autres.

Il Corriere della Sera 12 mars 2017


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
19 Août 2017
GOMA, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Sant'Egidio avec les enfants des rues de Goma qui fuient les milices : ''Nous ne voulons pas être enfants soldats''

IT | DE | FR | PT
18 Août 2017
BARCELONE, ESPAGNE

Aujourd'hui à Barcelone, prions pour la paix en mémoire des victimes de l'attentat terroriste

IT | ES | FR | PT | CA
16 Août 2017
TIRANA, ALBANIE

La "maison rouge" de Tirana, destination privilégiée des vacances de la solidarité

IT | FR
15 Août 2017
LYON, FRANCE

A Lyon, l'amitié se fête !

15 Août 2017
ROME, ITALIE

Un 15-Août inclusif et solidaire avec les pauvres et les nombreux amis de la mensa Via Dandolo

IT | FR
14 Août 2017
MAROUA, CAMEROUN

Apprendre à lire et à écrire en prison : la liberté commence ici

IT | ES | DE | FR
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
21 Août 2017
Corriere della Sera

Per il Papa l’integrazione è il processo chiave

30 Juillet 2017
HASEPOST

Angela Merkel kommt zum katholischen Weltfriedenstreffen – aber nicht nach Osnabrück

3 Juillet 2017
Die Tagespost

"Gebet und Dialog"

29 Juin 2017
Westflische Nachrichten

Merkel kommt zum Weltfriedenstreffen nach Münster

29 Juin 2017
Domradio.de

"Selten wichtiger als heute"

29 Juin 2017
Neue Osnabrücker Zeitung

Weltfriedenstreffen in Osnabrück und Münster: Merkel kommt

tous les communiqués de presse
• ÉVÉNEMENTS
31 Mai 2017 | ANVERS, BELGIQUE

Inauguration à Anvers de « Amici, coffee & books », le bar géré par des personnes porteuses de handicap

30 Mai 2017 | BELGIQUE

Liturgie à Bruxelles pour les 49 ans de la Communauté de Sant’Egidio

20 Mai 2017 | LAUSANNE, SUISSE

Lausanne: Partage du pain romané

20 Mai 2017

Du pain romané pour la Nuit des Églises

18 Février 2017 | GÊNES, ITALIE

Liturgie à Gênes pour le 49e anniversaire de la communauté de Sant'Egidio

9 Février 2017 | ROME, ITALIE

Liturgie pour le 49e anniversaire de la Communauté de Sant’Egidio

Toutes les réunions de prière pour la paix
• NON LA PEINE DE MORT
7 Octobre 2015
ÉTATS-UNIS

The World Coalition Against the Death Penalty - XIII world day against the death penalty

5 Octobre 2015
EFE

Fallece un preso japonés tras pasar 43 años en el corredor de la muerte

24 Septembre 2015

Pope Francis calls on Congress to end the death penalty. "Every life is sacred", he said

12 Mars 2015
Associated Press

Death penalty: a look at how some US states handle execution drug shortage

12 Mars 2015
AFP

Arabie: trois hommes dont un Saoudien exécutés pour trafic de drogue

9 Mars 2015
Reuters

Australia to restate opposition to death penalty as executions loom in Indonesia

9 Mars 2015
AFP

Le Pakistan repousse de facto l'exécution du meurtrier d'un critique de la loi sur le blasphème

9 Mars 2015
AFP

Peine de mort en Indonésie: la justice va étudier un appel des deux trafiquants australiens

28 Février 2015
ÉTATS-UNIS

13 Ways Of Looking At The Death Penalty

15 Février 2015

Archbishop Chaput applauds Penn. governor for halt to death penalty

11 Décembre 2014
MADAGASCAR

C’est désormais officiel: Madagascar vient d’abolir la peine de mort!

3 Décembre 2014

5th Circuit Court of Appeals stops execution of Scott Panetti!

aller à pas de peine de mort
• DOCUMENTS

Adam Michnik

Prix Nobel pour la Paix, Argentine

Adolfo Pérez Esquivel

Archevêque, Secrétaire du Conseil Pontifical de la Pastorale pour les Migrants et les Itinérants , Saint-Siège

Agostino Marchetto

Recteur del'Université Al-Azhar, Egypte

Ahmed Al-Tayyeb

Doyen de la Faculté de Sharia et Études Islamiques, Qatar

Aisha Yousef Al-Menn'ai

Secrétaire général du Conseil des Conférences Episcopales Européennes

Aldo Giordano

tous les documents
• LIVRES

L'hiver le plus long





DDB

Jésus





DDB
tous les livres

VIDEO PHOTOS
3:09
Les enfants de la rue ne sont plus seuls
3:01
Cities for life - Pour un monde sans peine de mort
3:40:49
Réduire la mortalité maternelle et faire grandir des enfants sans SIDA

632 visites

416 visites

344 visites

322 visites

288 visites
tous les médias associés