Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la paix - la guerr...uvretés contactsnewsletterlink

  

La guerre mère de toutes les pauvretés


 
version imprimable

LA GUERRE, MERE DE TOUTE LES PAUVRETES
LE MOZAMBIQUE

L’analyse que la Communauté Sant’Egidio a fait petit à petit sur le monde, il est apparu que conflit et pauvreté sont de plus en plus intimement liés. La guerre est la mère de toutes les pauvretés, destructrice de l’engagement humanitaire pour le futur de peuples entiers, des guerres civiles au cours desquelles les membres d’un même peuple ne se reconnaissent plus comme frères.

La guerre est aussi l’absence de toute justice, comme on le voit dans tant de pays où les droits humains les plus élémentaires ne sont plus respectés, comme en Amérique latine et en Afrique. Les populations civiles sont les premières victimes des conflits, prises en tenaille entre le feu des belligérants. Parmi les civils les plus touchés se trouvent souvent les pauvres, ceux qui n’ont rien à défendre, souvent victimes de la violence des deux parties.

Dans les pays et les terres touchés par de tels événements, aucun développement n’est possible alors que la justice reste asservie à la logique de violence.


Mgr. Oscar 
Arnulfo Romero

En 1981, le père Jésus Delgado fut invité à Sant’Egidio pour témoigner du martyre pour la paix et la justice de Mgr. Oscar Arnulfo Romero, archevêque de San Salvador, capitale d’un petit pays d’Amérique centrale où fit rage une guerre civile. Les paroles du secrétaire de l’évêque décrivirent le drame du Salvador comme celui d’un peuple abandonné à lui-même pendant une longue guerre, considérée par les chancelleries d’Europe comme "de basse intensité" et donc acceptable.

A partir de ce témoignages et d’autres, à partir de la moitié des années 1980, une réflexion sur la valeur de la paix fut entamée à Sant’Egidio, avec une attention soutenue pour le Sud du monde, où les conflits renforcent les maux causés par les catastrophes, les famines, comme en Afrique, ou s’ajoutent à l’injustice de l’exclusion de pans entiers de la population réduite à la misère, comme en Amérique latine.

Le cri de douleur qui vient du Sud du monde, et en particulier de l’Afrique, parvint à travers les demandes et les récits d’évêques, de missionnaires, d’amis de la Communauté. La Communauté commença ç envoyer des aides humanitaires dans beaucoup de pays du Sud. Mais la guerre est une réalité brutale qui anéantit tout effort de coopération.

L’histoire de la solidarité avec le Mozambique représente pour Sant’Egidio cette Afrique abandonnée en proie à un conflit qui, cause des victimes, et rend difficile toute tentative de soulager les souffrances de la population, par exemple pendant les famines de la seconde moitié des années 1980. L’amitié avec Don Jaime Gonçalvès, archevêque de Beira, ville du centre du pays, aida à comprendre la souffrance d’un peuple pris entre la guerre et la famine. En ces années, en outre, l’Eglise mozambicaine subissait la répression de la part du régime en place afro-marxiste.


Bateau d’aides
pour le Mozambique

En peu de temps, trois avions et deux bateaux chargés de nourriture, de vêtements, de matériel de première nécessité, mais aussi d’outils arrivèrent dans le pays. Un tel effort humanitaire fut aussi utile pour aider au dégel entre l’Etat et l’Eglise catholique, considérée jusqu’alors comme « l’ennemie du peuple ». Mais toute aide semblait être anéantie par les actes de guerre qui empêchaient les tentatives de reconstruction du futur du pays. Progressivement, il devint évident que le problème prioritaire à affronter était la réconciliation entre le Frente de Liberaçao de Moçambique (FRELIMO) et la guérilla de la Resistencia Nacional de Moçambique (RENAMO).

Le passage par Sant’Egidio de l’aide humanitaire à celui de la politique arriva au moment où les chancelleries occidentales pensaient que le problème de la guerre au Mozambique ne pouvait être résolu que si le régime de l’apartheid en Afrique du Sud disparaissait. Le résultat était un immobilisme sur le front du conflit qui durait à ce moment depuis plus de 10 ans avec un nombre énorme de victimes et de réfugiés. A Sant’Egidio, la perception était différente. Malgré les liens historiques avec la région de l’Afrique australe, on notait chez les belligérants le sentiment que la solution militaire ne l’emporterait pas, pendant que, parallèlement, étaient identifiées les raisons endogènes du conflit qui en provoquait la poursuite.

Après plusieurs tentatives pour recevoir un soutien institutionnel, la Communauté Sant’Egidio se proposa directement comme médiateur. Des contacts furent pris avec le guérilla de la RENAMO. Les tractations furent complexes car il y avait un problème important de reconnaissance des négociations sans que cela ne prenne la forme d’un tribunal. Il y avait aussi le problème du contact entre les négociateurs et le leadership au Mozambique. Le gouvernement du FRELIMO voulait de son côté un cessez-le-feu immédiat, ce qui retirait à la RENAMO sa seule carte dans la négociation. Il fallait également créer un climat qui permette de poursuivre les négociations.


Rome 1990
Négociations pour la paix au Mozambique


Avec Mgr. Gonçalvès et le représentant du gouvernement italien, Mario Raffaelli, Andrea Riccardi et Matteo Zuppi ouvrirent la table ronde au mois de juillet 1990 au siège de Sant’Egidio, dans le Trastevere, à Rome. A cette occasion, Andrea Riccardi s’adressa aux deux délégations pour poser les bases de la méthode des rencontres:

"Cette maison, cet antique monastère, sera en ces jours une maison mozambicaine pour les Mozambicains (…) Nous avons la certitude d’avoir face à nous des Mozambicains patriotes, africains, sans présence étrangère. Chacun de vous a des racines profonde dans le pays. Votre histoire s’appelle le Mozambique. Nous ne sommes que des hôtes d’un événement et d’une rencontre que nous sentons totalement mozambicain. Dans cette perspective, notre présence sera forte en ce qui concerne l’amitié, mais discrète et respectueuse. " 

Andrea Riccardi souligna aussi le principe qui sera à la base de toutes les négociations :

"Il existe de nombreux problèmes sur le passé et sur le futur. Nous sommes conscients que chaque problème peut susciter des malentendus et que les interprétations sont très différentes. Nous serons capables de les résoudre et de dépasser les difficultés humaines et politiques qui sont en jeu. Je me souviens de l’expression d’un grand Pape, Jean XXIII, qui fut aussi sa méthode de travail : « cherchons ce qui nous unit, plutôt que ce qui nous divise ». La préoccupation de ce qui nous unit peut aussi être notre méthode de travail, l’esprit de cette rencontre. Ce qui unit n’est pas rien, c’est même beaucoup. C’est la grande famille mozambicaine, avec son histoire de souffrances. Nous nous trouvons aujourd’hui, si je peux m’exprimer ainsi, face ç deux frères, qui font partie de la même famille, qui ont fait des expériences différentes ces dernières années, qui se sont opposés. (…) Les conflits avec les étrangers passent, mais ceux entre frères demeurent. Pourtant, on reste toujours frères, malgré les expériences douloureuses. C’est cela qui unit, être frères mozambicains, membres de la même grande famille."

L’écho de ces paroles se retrouve dans le premier document conjoint signé par les deux parties ; chacune se reconnaissent comme « compatriotes et membres de la même grande famille mozambicaine ». Se reconnaître frères, fils du même peuple, est décisif. Cela rappelle l’épisode biblique de Joseph et de ses frères, cité également par Andrea Riccardi dans son discours introductif. Il y a une séparation profonde : les frères ne reconnaissent pas Joseph , ministre en Egypte. A un certain moment, Joseph, en pleurs, a à le rencontre de ses frères. Etre objectivement frères et se reconnaître comme tel : c’est le point décisif à atteindre dans toute négociation.

Les négociations mozambicaines ont duré 27 mois, avec 11 sessions de travail. Progressivement, un climat constructif s’instaura entre les parties et se renforça jusqu'au choix de la solution de la négociation pour mettre fin au conflit. Pour observer et soutenir le processus mozambicain, des représentants de gouvernements occidentaux et de la région furent invités, ainsi qu’un représentant des Nations unies. L’accord de paix fut signé à Sant’Egidio le 4 octobre 1992 et reste encore aujourd’hui un des rares exemples d’un conflit résolu par la négociation en Afrique dans la dernière décennie.


Rome, 4 octobre 1992
La signature de l’accord de paix pour le Mozambique


La paix au Mozambique est devenue l’exemple de comment une réalité non institutionnelle, celle de la Communauté Sant’Egidio, peut porter à terme avec succès une médiation avec une synergie de responsabilités entre entités gouvernementales et non gouvernementales.



Ils ont dit de la Communauté


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
21 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Paix en Centrafrique : les leaders religieux de Bangui à Sant’Egidio relancent la plateforme pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT | CA
14 Novembre 2016
BRUXELLES, BELGIQUE

L’engagement de Sant’Egidio en faveur de l’Irak : à Bruxelles, une journée d’études avec le Comité pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT
2 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Signature de l’accord d’amitié entre Sant’Egidio et Rissho Kosei-kai : dialogue et passion pour les défis de notre temps

IT | ES | DE | FR | PT | RU
13 Octobre 2016
BANGUI, RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Une délégation de la Communauté de Sant’Egidio rencontre le président de la République centrafricaine Touadéra

IT | EN | ES | DE | FR | PT | RU | HU
7 Octobre 2016
COLOMBIE

Le Nobel de la paix au président de la Colombie Santos : le dialogue est l’unique voie vers la paix

IT | ES | DE | FR | PT
6 Octobre 2016
ROME, ITALIE

Libye, accord à Sant’Egidio entre les tribus du Sud pour la pacification de la ville de Sebha

IT | ES | DE | FR | PT
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
3 Décembre 2016
Radio Vaticana

Pace in Colombia: ex guerriglieri iniziano il disarmo

23 Novembre 2016
Il Fatto Quotidiano

Non solo faide, al Sud si parla di pace

22 Novembre 2016
L'huffington Post

Se Bangui diventa il centro del mondo con il Cardinale, l'Imam e il Pastore

22 Novembre 2016
Avvenire

Sant'Egidio. «Quella in Centrafrica non è una guerra di religione»

19 Novembre 2016
Vatican Insider

A Sant’Egidio il cardinale, l’imam e il pastore centrafricani

14 Novembre 2016
Radio Vaticana

Colombia. Nuovo accordo di pace: Farc rendono denaro e beni a vittime

tous les communiqués de presse
• ÉVÉNEMENTS
16 Novembre 2016 | CERGY, FRANCE

Mondialisation et art de la paix : le rôle de Sant’Egidio, avec Andrea Riccardi

Toutes les réunions de prière pour la paix
• DOCUMENTS

Libya: The humanitarian agreement for the region of Fezzan, signed at Sant'Egidio on June 16th 2016 (Arabic text)

Nuclear Disarmament Symposium on the 70 th anniversary of the atomic bomb. Hiroshima, August 6 2015

Meeting: RELIGIONS and VIOLENCE

tous les documents
• LIVRES

Religioni e violenza





Francesco Mondadori

Hacer la paz





Proteus
tous les livres


Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri