news

L'Ecole de la paix, dans les Villas 21-24 de Buenos Aires, depuis 30 ans : une force de changement dans un quartier pauvre

10 Décembre 2021 - BUENOS AIRES, ARGENTINE

École de la Paix
Argentine

Partager Sur

Il y a 30 ans, au mois d’août 1991, la Communauté de Buenos Aires a fait son premier « saut » en amenant l’Ecole de la Paix, déjà ouverte dans le quartier de la Boca, dans un bidonville : la « Villa de Emergencia 20-21-24 »

Surnommée la Regina del Plata, Buenos Aires, capitale de l'Argentine, a toujours eu la réputation d'être une ville pleine de vie, avec une grande variété d'offres culturelles, une croissance économique inégale par rapport au reste du pays, plutôt chaotique et désordonnée malgré son plan urbain en damier. Malgré cela, des foyers de pauvreté émergent de la structure régulière de la ville, suivant généralement la route des quartiers, c'est-à-dire le long des voies ferrées ou des bords des rivières et de leurs affluents. Il est clair que ces terres ne sont pas les meilleurs endroits pour le développement urbain, mais la réalité est que pendant des décennies, des familles les ont occupées dans leur recherche d'une vie meilleure, à proximité de la ville comme source d'entrée.

Il y a trente ans, la physionomie du quartier de la "Villa 21" était très différente. Bien que les maisons soient déjà très précaires, les ruelles sinueuses, les égouts ouverts, la densité de la population était beaucoup plus faible et il y avait à cette époque de nombreux espaces libres de construction où les enfants et les jeunes pouvaient jouer au football ou se rassembler sur les places. Au cours de ces années, nous avons assisté à la croissance de la Villa et aujourd'hui, 30 ans plus tard, elle est complètement différente, avec une rue commerçante qui divise la Villa en deux zones clairement délimitées. Un grand nombre de maisons, édifiées dans tous les espaces imaginables, les limites d'un terrain avec un autre se déplaçant pour une nouvelle construction, ou des maisons qui ont poussé un étage au-dessus de l'autre jusqu'à une hauteur considérable.

De nombreux événements de ces trente dernières années reviennent à l'esprit, comme les innombrables fois où nous avons rencontré le cardinal Bergoglio, alors en visite à la Villa pour les fêtes de la Vierge Marie, mais aussi pour célébrer les confirmations d'enfants et d'adultes ; participant aux processions dans les rues boueuses ; s'arrêtant de maison en maison, saluant les gens. C'est là qu'il a fait connaissance avec l'École de la paix et écouté les témoignages des enfants et des jeunes qui lui ont parlé de la présence de la Communauté dans le quartier, qu'il a ensuite rencontrée chaque année lors de la célébration de l'anniversaire de Sant’ Egidio.

Nous gardons toujours en mémoire les chers frères qui sont décédés tragiquement ces dernières années, comme Pablo, Pedro, Marcos ou Cintia. Les armes ont causé et continuent de causer des tragédies que nous voulons effacer de l'existence du quartier, en transformant la violence meurtrière en symboles de paix, en rêvant que de nombreux enfants puissent rejoindre l'Ecole de la paix et ne tombent pas dans les griffes de la drogue.

Et le souvenir remonte au début des années 1990, lorsque nous avons rencontré Gregorio, le père des Beltran, qui, avec ses mains et sa passion, a construit les premières tables pour que ses enfants, ainsi que les autres enfants, aient la possibilité d'étudier avec nous dès leur arrivée dans le quartier.

Cette année, nous célébrons cet anniversaire par de belles rencontres dans l'alliance tissée et construite au fil des ans. Et ce qui a été le plus important dans cette célébration, ce sont, d'une part, les nombreuses embrassades qui ont marqué la rencontre et, d'autre part, le souffle d'avenir que l'on respirait dans l'atmosphère, dans les jeux, dans les préparatifs, en voyant les enfants des anciens enfants s'amuser tous ensemble, du plus jeune au plus âgé, tous trentenaires.

 



L'Ecole de la paix, dans les Villas 21-24 de Buenos Aires, depuis 30 ans : une force de changement dans un quartier pauvre
L'Ecole de la paix, dans les Villas 21-24 de Buenos Aires, depuis 30 ans : une force de changement dans un quartier pauvre
L'Ecole de la paix, dans les Villas 21-24 de Buenos Aires, depuis 30 ans : une force de changement dans un quartier pauvre
L'Ecole de la paix, dans les Villas 21-24 de Buenos Aires, depuis 30 ans : une force de changement dans un quartier pauvre