PAUVRES

Partager Sur

Les pauvres sont les frères et les amis de la Communauté. La compagnie de ceux qui sont dans le besoin – personnes âgées, sans domicile, migrants, personnes handicapées, enfants des rues, mineurs des périphéries, détenus – est un trait caractéristique de la vie de ceux qui participent à Sant’Egidio sur les différents continents.

Les premiers étudiants qui en 1968 commencèrent à se réunir autour de la Parole de Dieu sentirent combien l’évangile les appelait à être proches des pauvres. C’est ainsi qu’est née l’école populaire, des cours après l’école gratuits pour les enfants des bidonvilles romains qui sont aussi le rêve que l’on pouvait changer la vie des plus petits en leur offrant, avec la parole, la présence et le soutien scolaire, une affection profonde et la possibilité de s’en sortir.

Depuis, cette amitié s’est élargie à d’autres personnes pauvres : les enfants en institutions, les personnes âgées seules et malades, les personnes handicapées physiquement et mentalement, les personnes sans domicile, les malades en phase terminale, les détenus, les roms, les migrants, les lépreux, les malades du SIDA. Au fil de ces années s’est développée une sensibilité envers toute forme de pauvreté, ancienne ou émergente.
Sant’Egidio s’identifie avec toutes ces personnes qui font toutes partie, sans exclusion, de la Communauté. Le service aux pauvres se fonde sur la gratuité et le bénévolat. Aucune Communauté, même la plus jeune ou la plus pauvre, n’est trop petite ou en difficulté pour aider les pauvres qu’elle rencontre.

Dans cette amitié avec ceux qui sont le plus en difficulté, comme nous l’a dit le pape François, « celui qui aide se confond avec celui qui est aidé, dans une tension qui devient une accolade. Le protagoniste est l’accolade » (visite à Sant’Egidio, 15 juin 2014).