ECOLE DE LANGUE ET DE CULTURE

EducationEcole de langues

Partager Sur

Depuis le début des années 80, l’engagement de Sant’Egidio auprès des immigrés s’est concrétisé à travers la rencontre avec des hommes et des femmes, et non avec des catégories abstraites. Il apparaissait clairement qu’il fallait leur fournir la clé d’accès à l’intégration dans la société italienne. Pour cette raison, en 1982, la Communauté a commencé les premiers cours de langue italienne. L’école de langue et culture, d’abord appelée Louis Massignon en souvenir du grand orientaliste, s’est étendu, en partant de Rome, à de nombreuses autres villes italiennes et européennes, comme Milan, Gênes, Naples, Florence, Anvers, Munich et d’autres villes, devenant un vecteur d’intégration ayant un impact considérable, avec la fréquentation de dizaines de milliers d’étudiants.

La représentation géographique des étudiants, au fil des années, est devenue la photographie de l’évolution de l’immigration en Italie montrant, malgré les préjugés répandus, le désir de vivre et de s’intégrer dans notre pays : là où se trouve un lieu d’enseignement de l’italien, les classes sont toujours pleines et les inscriptions augmentent de façon vertigineuse. Un phénomène qui montre l’attraction que notre culture exerce sur  ceux qui viennent d’un autre pays. Pour tous l’école occupe – parfois entièrement – le temps libre ; en effet, les cours les plus fréquentés, notamment par les femmes qui travaillent dans des familles, sont ceux qui ont lieu le dimanche et le jeudi, démontrant, dans les faits, que la communication est perçue comme un besoin primaire, comme le besoin de manger et de dormir.

Si dans les premières années la demande d’apprentissage de la langue italienne regardait surtout les cours pour débutants, nous assistons aujourd’hui à un pourcentage toujours plus élevé d’étudiants qui souhaitent perfectionner leurs capacités linguistiques acquises et connaître le plus possible l’art et la culture italienne. De nombreux parcours scolaires prévoient jusqu’à six/sept ans d’études, parce que l’école est perçue à la fois comme un lieu d’excellence de la culture, et comme un lieu de socialisation et d’amitié.

Depuis 2001, l’école organise régulièrement des cours de formation professionnelle pour devenir médiateurs interculturels. En faisant cours, nous nous sommes en effet confrontés à un désir fort et répandu de relation, de rencontre, d’enrichissement culturel de la part de la personnes ayant quitté leur pays avec l’espérance de construire une vie meilleure, d’un point de vue économique mais pas seulement.

En classe, si on apprend en premier lieu l’italien, une grande attention est également accordée aux contenus civiques, de telle sorte que l’école devienne un lieu de formation à la citoyenneté. On apprend donc la culture italienne sous ses différents aspects, on aborde les grands sujets – le racisme, la paix, la guerre –, ainsi que les fondements constitutionnels de la République, on apprend l’histoire contemporaine et on insiste sur la nécessité de comprendre les différents mondes de provenance des étudiants.

Les écoles d’italien sont ainsi des lieux où se construit le vivre ensemble, en prenant l’habitude de fréquenter des personnes différentes. En effet, les classes sont mélangées, elles ne sont jamais mono-ethniques. Ainsi fréquenter l’école devient l’occasion de construire des relations d’amitié entre personnes d’origines diverses, qui ne se seraient probablement jamais rencontrées, réalisant un véritable laboratoire de la civilisation du vivre ensemble, un modèle concret, une bonne pratique, comme on dit, pour construire l’intégration et la cohabitation. A partir de l’expérience de l’enseignement de la langue est ainsi née une méthode à destination des travailleurs immigrés et adultes, en plusieurs volumes, dont le titre est déjà tout un programme : L'Italiano per amico (La scuola, Brescia) (littéralement « l’italien pour ami »).

L’école offre des cours gratuits de langue et de culture italienne, l’après-midi et le soir. Pour s’informer et s’inscrire, on peut s’adresser au siège central de Rome, 13 rue des Fienaroli, le jeudi de 15h30 à 19h.

On peut aussi réserver un rendez-vous sur le site www.gentidipace.it