VERS LE JOUR DU SEIGNEUR

Partager Sur

Il est facile de laisser les rythmes convulsifs et les échéances de la vie organiser notre temps en dehors de toute référence au Seigneur et à l'évangile. Nous avons donc tous besoin d'une orientation, d'un lieu et d'un temps vers lesquels nous diriger dans la journée, d'un métronome qui batte la mesure de nos jours. Le rythme hebdomadaire de la prière de la Communauté manifeste avec clarté, dans la complexité du monde contemporain, la route qui conduit au Jour du Seigneur.

Le lundi, le visage du Seigneur prend les traits du pauvre, du faible, du malade, du souffrant. La prière rend vivante la mémoire des pauvres, rencontrés au cours de la journée ou éloignés, voire de pays entiers qui souffrent. Tous sont présentés au Seigneur pour qu’il les console et les libère du mal.

Marie, Mère du Seigneur et première parmi les croyants, accompagne la Communauté dans la prière du mardi afin que chacun apprenne d'elle à "conserver dans son coeur" (Lc 2,51) ce qu'il a écouté, et à remercier le Seigneur parce qu'il a tourné son regard vers nous tous, pauvres hommes et pauvres femmes.

Le jour suivant, le mercredi, les Communautés répandues à travers le monde font mémoire des saints du ciel, de ceux qui nous ont précédé dans la foi et qui nous l'ont transmise, invoqués par leur nom afin qu'ils accompagnent le chemin de l'humanité de notre temps.

Le jeudi on se souvient de toutes les Eglises, d'orient et d'occident, afin que grandisse la communion entre les croyants en Christ, et que la prédication de l'évangile s'étende jusqu'aux extrémités de la terre.

Le jeudi sont rappelées toutes les Eglises chrétiennes, d’Orient et d’Occident, pour que la communion grandisse entre les croyants en Christ et que la communication de l’évangile s’étende jusqu’aux confins de la terre. Le Seigneur, unique pasteur de son Eglise, donne à tous son amour passionné, duquel jaillit l’action pastorale et l’engagement de communiquer l’évangile.

La mémoire de la croix vient à la rencontre de la Communauté le vendredi, afin que l'on n'oublie pas combien est grand l'amour du Seigneur pour les hommes. Le lien étroit entre les béatitudes évangéliques et le récit de la Passion pousse à contempler la richesse de la croix, annonce de la mort de l'égoïsme et de la victoire de la vie.

Le vendredi est dédié à la mémoire de la croix du Seigneur, pour que chacun se souvienne d’où vient le salut et n’oublie pas jusqu’où est allé l’amour de Dieu pour les hommes. L’entrelacement des béatitudes évangéliques avec la narration de la passion pousse à contempler la richesse de la croix qui annonce à la fois la mort de l’égoïsme et la victoire de l’amour pour les autres.

Vient ensuite le samedi, vigile de la résurrection du Seigneur. C'est l'attente devant la tombe de Lazare, où l'on accueille le cri qui monte de toutes les régions du monde pour le présenter au Seigneur, qui enlève la pierre pesante opprimant l'existence humaine. Et la vie de tous, déliée des bandelettes du péché, est alors sauvée grâce à la miséricorde de Dieu (Cfr. Jn 11).

Le dimanche est le moment culminant de la vie de la Communauté, où les disciples rencontrent le Seigneur ressuscité. C'est le jour d'Emmaüs: on célèbre la "fraction du pain" et les yeux des disciples s'ouvrent pour Le reconnaître (Lc 24). C'est la Pâque hebdomadaire qui préfigure celle éternelle, quand Dieu emportera pour toujours le mal et la mort.

Rien n'est possible sans la prière, tout est possible à celui qui croit (Mc 9,23). La prière dépasse l'impuissance des hommes: elle permet d'aller au-delà de ce qui est considéré comme impossible, permet à Dieu d'intervenir dans ce monde avec puissance. La Communauté, tandis qu'elle prend soin des pauvres et des faibles, apprend d'eux à s'adresser à Dieu avec la même confiance et la même insistance. Et chacun se découvre mendiant d'amour et de paix. 

La prière, même si elle apparaît faible aux yeux des hommes, peut abattre les murs et combler les abîmes, déraciner la violence et faire grandir la miséricorde. Il est écrit en effet: "si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux." (Mt 18,19).