news

Au Malawi les Communautés de Sant'Egidio réunies avec Andrea Riccardi pour affronter ensemble les défis de la communication de l’Evangile

11 Juillet 2016 - BLANTYRE, MALAWI

Le MalawiAndrea Riccardi

dans une société qui change et qui s’urbanise. On commence par les périphéries, comme dans la paroisse Saint-Vincent-de-Paul...

Partager Sur

Le congrès des représentants des Communautés de Sant'Egidio du Malawi, de Zambie et du Zimbabwe, sur le thème « L’amour unit, construit et apporte l'amitié », réuni en présence d'Andrea Riccardi, s'est conclu à Blantyre, au Malawi.

Durant les jours de la rencontre, la réflexion a porté sur l'avenir de la Communauté après la récente disparition d'
Elard Alumando, responsable des Communautés au Malawi, qui a tant marqué la renaissance du Malawi à partir des jeunes du pays. Nombreux sont ceux qui l'ont évoqué avec affection et émotion.

Le défi de communiquer l'Evangile, dans un pays qui s'urbanise de plus en plus et où la présence de propositions religieuses de groupes et de sectes qui mettent au centre la réussite est de plus en plus forte, a été au cœur de la réflexion de ces journées.

Dimanche 10 juillet, une grande assemblée de toutes les Communautés de Sant'Egidio de Blantyre a accueilli Andrea Riccardi pour écouter ses paroles d'encouragement et recueillir l'invitation à s'ouvrir avec courage à la ville et à ses périphéries complexes.


La visite d'Andrea Riccardi dans la paroisse Saint-Vincent-de-Paul a été particulièrement festive. C'est là que, depuis décembre 2014, don Ernest Kafunsa est curé, aidé de don Frank Gumbwa, tous deux membres de la Fraternité sacerdotale de Sant'Egidio.

La paroisse est située dans le quartier de Mpemba, à la périphérie de Blantyre. Les deux jeunes prêtres sont proches des gens du quartier. Et l'on en voit les fruits : durant la rencontre qui s'est tenue dans l'église, nombreux sont ceux qui sont intervenus pour affirmer que, dans le quartier, ces derniers temps, beaucoup de personnes se sont rapprochées de la paroisse, au point que les deux liturgies dominicales sont aujourd'hui de plus en plus fréquentées. Un signe concret de la façon dont le choix pour les périphéries fait renaître l'Eglise.