news

N'oublions pas l'Afrique. Appel conjoint de Rissho Kosei-kai et Sant'Egidio

1 Juin 2021

L'Afrique
Dialogue interreligieuxCovid-19Rissho Kosei Kai

Partager Sur

L'Association laïque bouddhiste japonaise Rissho Kosei-kai et la Communauté de Sant'Egidio adressent leur appel aux religions et aux nations du monde pour que l'Afrique ne soit pas oubliée dans la crise du Covid et ne reste pas privée de vaccins. 

L'appel fait partie d'un engagement concret pour l'Afrique, renouvelé par Rissho Kosei-kai et Sant'Egidio dans l'accord signé le 2 novembre 2016, une collaboration qui est le fruit de l'esprit d'Assise, du dialogue interreligieux et entre les cultures.

N'OUBLIONS PAS L'AFRIQUE

Rissho Kosei-kai

Communauté de Sant'Egidio

APPEL CONJOINT

 

Depuis plus d'un an, nous vivons l'incroyable situation du Coronavirus qui frappe le monde entier comme phénomène global. Qui aurait pu prévoir qu’un tel événement toucherait tous les habitants de la terre ? 

A ce jour, il y a eu 2.700.000 décès dus à la Covid-19 dans le monde. De plus, l’épidémie mondiale nous a obligés à nous éloigner des autres, à nous isoler dans nos maisons, à nous protéger des autres, à rester à l'écart. La Covid-19 a changé le mode de vie dans toutes les sociétés du monde : rester chez soi, avec plus de solitude, plus de paresse. Ce sont surtout les plus faibles et les personnes âgées résidant en établissement qui ont subi les conséquences de tout cela. Aujourd'hui, il y a un brouillard sur l'avenir. Les gens sont fatigués, paresseux, tristes, réduits à une vie individualiste. 

Partout, en Orient comme en Occident, nous avons connu et partagé des souffrances et des difficultés, mais l'Afrique reste l'un des continents qui souffre le plus. En fait, outre la Covid-19, les populations de continents comme l'Afrique ont toujours souffert de la pauvreté.  

Alors que tous les habitants des pays riches se sont rués sur le vaccin, l'Afrique en a été largement privée.  

Dans ce contexte complexe, la culture de l'individualisme se réaffirme, encore plus motivée par la situation difficile que nous vivons : "il faut penser à soi, à son pays, à sa communauté !" L'égocentrisme aujourd'hui, plus qu'un défaut, semble être une nécessité. La peur et l'individualisme sont les sentiments de notre époque. Cela concerne les individus, mais aussi les États, les nations. Chacun est replié sur lui-même, tandis que les autres sont considérés comme des ennemis potentiels, des sources de contagion dont il faut se défendre.  

Nous sommes profondément convaincus, précisément en cette période difficile, qu’il est encore plus important de penser aux autres et d'agir en leur faveur. La pandémie a clairement montré combien l'attitude égoïste fait beaucoup de dégâts, tandis que l'attitude altruiste guérit. En effet, si tout le monde n'est pas vacciné, le risque que la pandémie reprenne (avec de nouveaux variants) est très élevé. 

Dans ce cas, l'altruisme devient aussi une nécessité personnelle, car ce n'est qu'avec une vaccination mondiale que nous pourrons réellement vaincre le virus.  Dans ce cadre, l'Association laïque bouddhiste japonaise Rissho Kosei-kai et le Mouvement laïque catholique international Comunità di Sant'Egidio ont renouvelé l'Accord commun de fraternité et de coopération mutuelle pour l'Afrique, qu'ils avaient signé le 2 novembre 2016, et qui affirme fermement : "nous sommes confiants dans le fait que nous pourrions construire des "morceaux de paix" dans une planète pleine de "morceaux de guerre", comme le pape François l'a déclaré à plusieurs reprises." 

Pour donner un sens concret à notre engagement, nous lançons aujourd'hui un appel aux pays développés afin qu'ils fassent preuve de solidarité en finançant le programme COVAX de l'ONU et en donnant également une partie de leurs stocks de vaccins. Dans le même temps, nous demandons aux entreprises pharmaceutiques d'accorder la possibilité de produire des vaccins pour l'Afrique sans avoir à respecter les règles en matière de brevets, au moins temporairement. 

Nous sommes fermement convaincus qu'aujourd'hui, également en raison de la tragédie de la Covid-19, il est nécessaire de s'engager plus généreusement en faveur de la paix et de la solidarité dans le monde - et encore plus pour notre monde si malade de la pandémie d'individualisme.  

Pour guérir notre monde, blessé par tant de souffrances, il est nécessaire de vaincre la culture de la peur et de l'individualisme, et de développer la CULTURE DES AUTRES et la CULTURE DE LA SOLIDARITÉ, car - c'est désormais très clair - PERSONNE NE SE SAUVE, NOUS SOMMES TOUS DANS LE MÊME BATEAU.  

Pour ces raisons, alors que nous renouvelons notre profond engagement personnel envers l'Afrique, nous lançons avec force l'appel suivant à toutes les grandes religions et à toutes les nations du monde :  

"N'OUBLIONS PAS L'AFRIQUE !" parce que l'Afrique est notre avenir, l'Afrique est l'avenir du monde entier ! 

Tokyo / Rome, le 1er  juin 2021

Révérend Kosho Niwano, président désigné de la Rissho Kosei-kai.

Pr. Marco Impagliazzo, Président de la Communauté de Sant'Egidio