news

A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia

3 Juillet 2022 - ROME, ITALIE

EgliseVincenzo PagliaHOMÉLIES

Partager Sur

Samedi 2 juillet, la basilique de Santa Maria in Trastevere a accueilli l'ordination diaconale de Charles Ezeji et Isaiah Isesele, de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria.

La liturgie a été présidée par Mgr Vincenzo Paglia et concélébrée par de nombreux prêtres de la Fraternité missionnaire de Sant'Egidio.

Dans son homélie, que nous rapportons dans son intégralité, Mgr Paglia a rappelé aux deux nouveaux diacres que "l'Évangile de l'amour et de la paix est notre seule force". En ce moment de l'histoire, la mission de communiquer l'Évangile apparaît encore plus urgente" et les a invités à écouter "le cri des foules qui, dans tant de régions du monde, invoquent la miséricorde, la consolation, la justice, la paix".

Isaïe 66 (10-14)
Psaume 65 (66)
Galates 6,14-18
Luc 10:1-12.17-20

Chers frères et sœurs,

la sainte liturgie de ce dimanche après la Pentecôte est enrichie par l'ordination diaconale de Charles et Isaiah, deux fils de la Communauté, tous deux originaires du Nigeria. Comme nous l'avons entendu, après des années de formation ici, dans la Communauté de Rome, dans la fraternité missionnaire, nous les présentons aujourd'hui au Seigneur pour qu'ils soient ordonnés diacres, c'est-à-dire serviteurs de l'Église et de sa mission évangélisatrice dans le monde.

C'est une grande joie pour la Communauté, qui en ce moment est appelée à une plus grande générosité dans le service. Cette ordination favorise la diaconie de la Communauté, qui est la première servante de l'Évangile pour le salut du monde.

On pourrait dire que l'Évangile que nous avons entendu ce soir inscrit cette célébration dans la scène évangélique où Jésus envoie les 72 disciples deux par deux. Juste avant, l'évangéliste Luc racontait l'envoi des douze aux tribus d'Israël, maintenant la mission s'adresse à tous les peuples de la terre. On estimait à 70, 72 les peuples qui habitaient alors la terre.

Cependant, le sens de la décision de Jésus est clair. La prédication chrétienne n'est pas réservée au seul Israël, elle est destinée à tous les peuples, sans exclusion. Et c'est dans cette perspective qu'en ce moment de l'histoire, la mission de communiquer l'Évangile apparaît encore plus urgente.

Nous constatons, malheureusement, une résignation croissante face à la guerre en Ukraine, qui semble inévitable pour la plupart des gens, tandis que d'autres conflits qui ensanglantent des peuples entiers se poursuivent dans l'indifférence. Ainsi, le nombre de victimes, de réfugiés et de pauvres ne cesse d'augmenter, dans la conviction commune que seules les armes peuvent vaincre le mal et résoudre les conflits. Et le cri des foules, qui dans tant de régions du monde invoquent la miséricorde, la consolation, la justice, la paix, s'amplifie.

Nous connaissons bien leur cri pour avoir entendu certains de ces peuples. Celui du Mozambique, du Soudan du Sud, du Congo et du Nigeria, que nous rappelons avec une intention particulière dans nos prières aujourd'hui. Toutes ces personnes, toutes ces foules sont vraiment fatiguées et épuisées comme des brebis sans berger. Et avec l'image de la première lecture que nous avons entendue, sans le berger qui les prend dans ses bras, les réconforte et les caresse.

L'Évangile dit aux disciples - et à nous aussi ce soir : la moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux, priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson.

Ce soir, nous remercions le Seigneur et, avec pauvreté mais avec une grande joie, nous présentons ces deux fils au Père, afin qu'il les comble de sa miséricorde et de sa grâce, et qu'il les consacre comme ses ministres, pour qu'ils aident la Communauté à remplir plus généreusement la mission de communiquer l'Évangile jusqu'aux extrémités de la terre.

Le ministère des Ordres sacrés que vous recevez ce soir, chers Charles et Isaiah, vous ancre dans ce charisme de la Communauté. Un charisme qui doit caractériser votre ministère diaconal aujourd'hui et votre ministère sacerdotal lorsque vous le recevrez. Et le fait que cette ordination coïncide avec la page évangélique de l'envoi deux à deux, est comme une sollicitation pour vous de préserver l'esprit évangélique de la Communauté dans cette célébration. Et nous avons entendu la raison tant de fois.

L'Évangile d'amour et de paix, qui vous sera livré ce soir au cours de cette célébration, est votre premier témoignage, voire votre seul équipement. Vous ne portez ni sac, ni besace, ni sandales, mais seulement l'Évangile. L'Évangile d'amour et de paix est notre seule force.

Bien sûr, nous connaissons le pouvoir du mal. Ce n'est pas un hasard si Jésus parle des loups et si aujourd'hui tout le monde semble appeler à leur croissance, oubliant le vieil et triste adage homo homini lupus. Car les hommes se dévorent les uns les autres. Jésus nous met en garde : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.

Il peut sembler impossible que l'agneau vainque le loup, que l'amour vainque la violence, que la douceur vainque la haine, c'est pourquoi tant de gens attendent les loups. Le Seigneur nous demande d'être comme des agneaux.

Et nous savons, chers frères et sœurs, quelle est la puissance de l'amour et de l'Évangile. Si nous regardons l'histoire de la Communauté au fil des ans, nous sommes des témoins directs de la puissance de l'Évangile de l'amour et de la paix qui, malgré notre faiblesse, a vaincu le mal. Et nous pouvons faire nôtre la joie de ces 72 qui, à leur retour, ont dit à Jésus : "Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom ! Et Jésus nous répète aussi : "J'ai vu Satan tomber du ciel comme un coup de tonnerre."

Oui, chers sœurs et frères, nous avons vu des murs qui semblaient solides s'écrouler et tant de personnes s'élever vers une nouvelle vie, les pauvres, les enfants, les personnes âgées, les prisonniers, les réfugiés, les étrangers, qui avec nous se sont réjouis et avec nous se réjouissent encore à cause de la puissance libératrice de l'Évangile.

Cette sainte liturgie de l'ordination unit notre joie et notre célébration à celle de tant de pauvres et à celle de Jésus lui-même, pour les nombreux démons qu'il a vu tomber du ciel au cours des années passées. Et Jésus nous exhorte une fois de plus à accepter l'Évangile de l'amour et de la paix comme notre seule force, et à le porter deux à deux avec une plus grande générosité aux périphéries de ce monde qui est le nôtre.

Et il nous dit de nous réjouir. Et c'est une invitation à laquelle nous devons répondre, car elle est aussi pleine de gratitude, elle nous dit de nous réjouir par-dessus tout parce que nos noms sont inscrits, c'est-à-dire gardés, protégés, aimés dans le ciel même de Dieu, dans son cœur qui ne nous abandonne jamais et qui nous soutient toujours.

Qu'il vous comble aujourd'hui des dons de sa grâce, afin que vous soyez des diacres, des serviteurs de l'Évangile partout dans le monde.



A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia
A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia
A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia
A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia
A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia
A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia
A la basilique Sainte-Marie au Trastevere, l'ordination de deux nouveaux diacres de la Communauté de Sant'Egidio au Nigeria. Homélie de Mgr Vincenzo Paglia