Partager Sur

Dimanche de l'Ascension
Mémoire de Notre-Dame de Sheshan, sanctuaire des environs de Shanghai. Prière pour les chrétiens chinois.


Première lecture

Actes des Apôtres 1,1-11

CHER THEOPHILE, dans mon premier livre, j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le moment où il commença,
jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis.
C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.
Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche :
alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »
Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »
Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.
Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »
Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.
Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs,
qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

Psaume responsorial

Psaume 46 (47)

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.  
 

Deuxième lecture

Ephésiens 1,17-23

que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître.
Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel, la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles,
et quelle puissance incomparable il déploie pour nous, les croyants : c’est l’énergie, la force, la vigueur
qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux.
Il l’a établi au-dessus de tout être céleste : Principauté, Souveraineté, Puissance et Domination, au-dessus de tout nom que l’on puisse nommer, non seulement dans le monde présent mais aussi dans le monde à venir.
Il a tout mis sous ses pieds et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l’Église
qui est son corps, et l’Église, c’est l’accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude.

Lecture de l'Évangile

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 28,16-20

Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Homélie

L'évangéliste Luc présente l'Ascension comme la dernière étape de la présence visible de Jésus parmi les disciples ; comme à dire qu'avec l'Ascension, la Pâque parvient à son accomplissement. Dès lors, les disciples entament leur chemin dans le monde, sans la présence visible de Jésus. Tandis qu'ils sont en chemin avec lui vers Béthanie, ils l'interrogent : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël?? » Cette question est importante pour l'histoire. Elle renferme peut-être également, au-delà de la juste attente d'un monde enfin et définitivement sauvé, le désir de ne plus devoir lutter contre les difficultés, contre la force du mal dans le monde. Jésus ne répond cependant pas à cette question et il précise : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. » Nous aussi, du reste, comme ces disciples d'alors, souvent nous ne comprenons pas la vie, et nous la réduisons facilement à notre expérience. Au contraire, la vie — semble nous suggérer Jésus — est bien plus compliquée, et quoi qu'il en soit, il ne nous appartient pas d'en connaître les temps et les moments?! Cependant, le Seigneur ne laisse pas les disciples dans l'incertitude et il leur promet la véritable force, celle du Saint-Esprit : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous. »
« S'élever jusqu'au ciel » revient à entrer dans un rapport définitif avec Dieu. Le « ciel » dont parle l'Écriture est une métaphore. Elle revient à dire : tout comme le ciel nous entoure, ainsi le Seigneur, s'élevant jusqu'au ciel, nous entoure tous. Il ne s'éloigne pas, il se rapproche de tous. Les disciples en eurent l'intuition, ils furent donc emplis de joie : « Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem en grande joie. » Les apôtres avaient compris que Jésus resterait avec eux pour toujours : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. » (Mt 28,20)
La Lettre aux Hébreux, affirmant que Jésus monte dans le sanctuaire du ciel, suggère que la sainte liturgie est le sanctuaire au sein duquel le Seigneur nous accueille. Au cours de la sainte liturgie du dimanche, le ciel et la terre se rencontrent et nous sommes tous admis en la présence de Dieu pour revivre le mystère de Jésus. Nous ne devons pas regarder le ciel de nos habitudes, mais l'histoire de l'homme : c'est en elle que le Seigneur se fait présent. Les deux anges dirent aux disciples : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel?? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d'auprès de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller vers le ciel. » C'est l'invitation à garder les yeux du cœur posés sur Jésus ressuscité et sur ses blessures. Le Ressuscité n'est pas un fantôme et ses blessures sont celles des hommes et des femmes marqués par la douleur et la violence. L'Ascension nous dit que l'avenir que Dieu veut pour nous a déjà commencé avec son Fils, son Premier-Né. Être avec Jésus signifie que nous sommes déjà, en quelque sorte, entrés au ciel. Jésus s'y tient dans la plénitude : je vais « vous préparer une place [...] afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. » Le ciel a déjà commencé sur la terre, chaque fois que nous nous réunissons au nom de Jésus, chaque fois que nous nous aimons comme il nous a aimés, chaque fois que nous aidons les pauvres et que nous nous sentons leurs frères. Certes, nous sommes des hommes faibles et encore incrédules, mais l'Esprit que le Seigneur insuffle dans nos cœurs nous donne de la force et nous permet de témoigner de son amour jusqu'aux confins de la terre.