Parole de Dieu chaque jour

Prière pour la paix
Parole de dieu chaque jour

Prière pour la paix

Prière pour la paix, dans la basilique de Santa Maria in Trastevere.
Mémoire de saint Polycarpe (+155), disciple de l'apôtre Jean, évêque et martyr.
Lire plus

Libretto DEL GIORNO
Prière pour la paix
Vendredi 23 février

Prière pour la paix, dans la basilique de Santa Maria in Trastevere.
Mémoire de saint Polycarpe (+155), disciple de l'apôtre Jean, évêque et martyr.


Lecture de la Parole de Dieu

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Matthieu 5, 20-26

Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux.
« Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu'un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu'un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Mets-toi vite d'accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou.

 

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

La justice dont parle Jésus ne consiste pas en des calculs égalitaires, mais en la mise en œuvre de l'amour illimité de Dieu. Il ne s'agit pas d'un juge qui applique une règle, mais d'une mère qui aide à élever un enfant. C'est pourquoi Jésus ajoute une sévère mise en garde: " Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux ". Jésus veut dire qu'être aussi bon que les pharisiens équivaut à ne pas être bon du tout. Il l'explique avec des mots que personne n'a jamais osé dire avant lui et que personne n'a entendu si ce n'est dans l'Évangile. Jésus ne propose pas une nouvelle casuistique, une nouvelle pratique juridique, mais une nouvelle manière de comprendre les relations entre les hommes. Il révèle le nœud crucial qui fonde le sentiment de haine de l'autre. Il s'agit d'une force destructrice qui conduit à concevoir l'autre comme un ennemi et donc comme un adversaire à éliminer. La haine part de petits riens, comme la colère qui empoisonne trop souvent la société contemporaine. Des mots qui semblent anodins, comme stupides ou fous, conduisent à la destruction du tissu social. Jésus affirme que seul l'amour est l'accomplissement de la Loi et que seul l'amour permet de dépasser l'inimitié. Il est donc nécessaire de passer d'un précepte négatif (ne pas se mettre en colère, ne pas traiter de fou, ne pas tuer) à la positivité de l'amitié. La force des relations humaines est ce qui permet de reconstruire l'avenir de l'humanité. C'est une dimension centrale pour Jésus: l'amour entre nous a une telle valeur que, s'il fait défaut, nous devons cesser d'adorer Dieu. La " miséricorde " vaut plus que le " sacrifice ". Le culte, en tant que relation avec Dieu, ne peut être séparé d'une relation d'amour avec les personnes. C'est l'amour qui doit présider à nos actions. C'est pourquoi Jésus, en cas de conflit, nous conseille de trouver un accord plutôt que d'aller au tribunal. Il ne s'agit pas seulement de la commodité de ne pas aller en prison, mais de pratiquer un style fraternel. De cette manière, non seulement nous allons au-delà de la simple conformité légale, mais nous créons cette manière de vivre la solidarité qui rend forte et belle la coexistence entre les personnes et entre les peuples.

La prière est le coeur de la vie de la Communauté de Sant'Egidio, sa première "oeuvre". Au terme de la journée chaque Communauté, petite ou grande, se recueille en prière autour du Seigneur pour écouter sa Parole et Lui adresser son invocation. Les disciples ne peuvent pas ne pas rester aux pieds de Jésus, comme Marie de Béthanie, pour choisir "la meilleure part" (Lc 10,42) et apprendre de Lui les mêmes sentiments (Phil 2,5).

Chaque fois la Communauté, revenant au Seigneur, fait sienne la demande du disciple anonyme: "Seigneur, apprends-nous à prier" (Lc 11,1). Et Jésus, maître de prière, continue à répondre: "Quand vous priez, dites: Abbà, Père".

Quand on prie, même dans le secret de son propre coeur, on n'est jamais isolés ou orphelins; on est de toute façon membres de la famille du Seigneur. dans la prière commune apparaît clairement, outre le mystère de la filiation, également celui de la fraternité.

Les Communautés de Sant'Egidio répandues à travers le monde se rassemblent dans les divers lieux choisis pour la prière et présentent au Seigneur les espérances et les douleurs des "foules désemparées et abattues" dont parle l'évangile (Mt 9,36). Dans ces foules anciennes sont inclus les habitants des villes contemporaines, les pauvres mis aux marges de la vie, tous ceux qui attendent d'être pris à la journée (Mt 20).

La prière commune recueille le cri, l'aspiration, le désir de paix, de guérison, de sens et de salut que vivent les hommes et les femmes de ce monde. La prière n'est jamais vide. Elle monte incessante vers le Seigneur afin qu'il change les pleurs en joie, le désespoir en allégresse, l'angoisse en espérance, la solitude en communion. Et que le Règne de Dieu vienne vite parmi les hommes.