Parole de Dieu chaque jour

Prière avec Marie, mère du Seigneur
Parole de dieu chaque jour
Libretto DEL GIORNO
Prière avec Marie, mère du Seigneur
Mardi 27 février


Lecture de la Parole de Dieu

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Matthieu 23, 1-12

Alors Jésus s'adressa aux foules et à ses disciples,
et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse.
Donc, tout ce qu'ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n'agissez pas d'après leurs actes, car ils disent et ne font pas.
Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.
Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ;
ils aiment les places d'honneur dans les dîners, les sièges d'honneur dans les synagogues
et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n'avez qu'un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères.
Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux.
Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n'avez qu'un seul maître, le Christ.
Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
Qui s'élèvera sera abaissé, qui s'abaissera sera élevé.

 

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Jésus est dans le temple et l'évangéliste Matthieu rapporte son dernier discours public. Tout le chapitre est un avertissement sévère aux scribes et aux pharisiens et, en même temps, un appel à la foule pour qu'elle ne se laisse pas tromper. Cependant, plutôt que d'attaquer leur doctrine - qu'il affirme d'ailleurs être juste et digne d'être conservée - Jésus critique leur comportement, qui est loin de la vraie tradition. En effet, les scribes et les pharisiens sont à écouter lorsqu'ils enseignent ce que Moïse commande, mais à ne pas suivre lorsqu'ils invitent à imiter leur propre conduite et leurs propres dispositions. Jésus dénonce la division de la conscience de ces chefs. Il est évident que cela s'applique à tous, y compris aux croyants d'aujourd'hui. Souvent, dans l'Évangile, Jésus met en garde les disciples contre l'écoute sans la mise en œuvre pratique correspondante. À la fin du long sermon sur la montagne, il dit: " Ce n'est pas en me disant : "Seigneur, Seigneur!" qu'on entrera dans le royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. " (Mt 7,21). L'observance de la Parole est la joie du croyant, comme Jésus lui-même l'a répondu à celui qui louait le sein qui l'avait allaité : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent!" (Lc 11,28). Les pharisiens et les scribes, par leur comportement, manifestent une religiosité extérieure, dépourvue d'intériorité, de profondeur et donc aussi de véritable autorité. C'est pourquoi Jésus polémique contre les titres " académiques " que les scribes et les prêtres exigeaient du peuple et de leurs disciples. Parmi ces titres, il mentionne le plus connu, celui de " rabbi ", qui signifie " maître ". Il ajoute : " Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux ". C'est l'affirmation radicale de la fraternité entre tous les disciples qui se fonde précisément sur l'unique paternité de Dieu, ainsi que sur l'unique guide qu'est le Christ. Dans cette communion, les critères du monde sont comme renversés : " Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s'élèvera sera abaissé, qui s'abaissera sera élevé" .

La prière est le coeur de la vie de la Communauté de Sant'Egidio, sa première "oeuvre". Au terme de la journée chaque Communauté, petite ou grande, se recueille en prière autour du Seigneur pour écouter sa Parole et Lui adresser son invocation. Les disciples ne peuvent pas ne pas rester aux pieds de Jésus, comme Marie de Béthanie, pour choisir "la meilleure part" (Lc 10,42) et apprendre de Lui les mêmes sentiments (Phil 2,5).

Chaque fois la Communauté, revenant au Seigneur, fait sienne la demande du disciple anonyme: "Seigneur, apprends-nous à prier" (Lc 11,1). Et Jésus, maître de prière, continue à répondre: "Quand vous priez, dites: Abbà, Père".

Quand on prie, même dans le secret de son propre coeur, on n'est jamais isolés ou orphelins; on est de toute façon membres de la famille du Seigneur. dans la prière commune apparaît clairement, outre le mystère de la filiation, également celui de la fraternité.

Les Communautés de Sant'Egidio répandues à travers le monde se rassemblent dans les divers lieux choisis pour la prière et présentent au Seigneur les espérances et les douleurs des "foules désemparées et abattues" dont parle l'évangile (Mt 9,36). Dans ces foules anciennes sont inclus les habitants des villes contemporaines, les pauvres mis aux marges de la vie, tous ceux qui attendent d'être pris à la journée (Mt 20).

La prière commune recueille le cri, l'aspiration, le désir de paix, de guérison, de sens et de salut que vivent les hommes et les femmes de ce monde. La prière n'est jamais vide. Elle monte incessante vers le Seigneur afin qu'il change les pleurs en joie, le désespoir en allégresse, l'angoisse en espérance, la solitude en communion. Et que le Règne de Dieu vienne vite parmi les hommes.