Parole de Dieu chaque jour

Prière de la Sainte Croix
Parole de dieu chaque jour
Libretto DEL GIORNO
Prière de la Sainte Croix
Vendredi 1 mars


Lecture de la Parole de Dieu

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Ceci est l'Évangile des pauvres,
la libération des prisonniers,
la vue aux aveugles,
la liberté des opprimés.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Matthieu 21, 33-43.45-46

« Écoutez une autre parabole : Un homme était propriétaire d'un domaine ; il planta une vigne, l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage.
Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne.
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l'un, tuèrent l'autre, lapidèrent le troisième.
De nouveau, le propriétaire envoya d'autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon.
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.”
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l'héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !”
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d'autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N'avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle : c'est là l'œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits.
En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu'il parlait d'eux.
Tout en cherchant à l'arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu'elles le tenaient pour un prophète.

 

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Pour ceux qui écoutaient cette parabole à l'époque de Jésus, il était clair que la vigne représentait le peuple d'Israël et que le propriétaire était Dieu. Jésus résume de manière tragique l'histoire récurrente de l'opposition violente aux serviteurs de Dieu, aux hommes de la parole (les prophètes), aux justes de tous les lieux et de tous les temps, de la part de ceux qui se croient maîtres des biens que le Seigneur leur a confiés. Mais le Seigneur - et c'est là la véritable espérance qui sauve l'histoire - ne perd jamais patience. " Finalement - dit Jésus - il leur envoya son fils, en se disant : " Ils respecteront mon fils" ". Mais la fureur des vignerons explose encore plus violemment. Ils s'emparent de ce fils, l'emmènent hors de la vigne et le tuent. Ces paroles décrivent littéralement le refus d'accueillir Jésus, non seulement de la part des individus, mais de la ville elle-même et de ses habitants. Jésus, né hors de la ville de Bethléem, meurt hors de Jérusalem. Il dénonce avec lucidité et courage cette infidélité qui culmine dans le rejet de l'Évangile et dans sa propre crucifixion. Le Seigneur attendait du fruit de la vigne, mais il voit d'abord ses serviteurs tués et finalement son propre Fils. Dieu, cependant, ne se résigne pas. À partir de ce Fils, de nouveaux vignerons sont enrôlés, qui s'occuperont de la vigne qui portera des fruits nouveaux et abondants. Les nouveaux vignerons deviennent un nouveau peuple. Leur lien, cependant, n'est pas celui du sang ou des liens extérieurs, même s'ils sont religieux, mais seulement celui de l'adhésion à l'amour du Père. L'évangéliste poursuit en nous disant que personne ne peut revendiquer de droits de propriété. Tout est don de l'amour gratuit de Dieu. Le nouveau peuple de Dieu se caractérise par les fruits de l'Évangile, c'est-à-dire par la foi qui engendre des œuvres de justice et de miséricorde.

La prière est le coeur de la vie de la Communauté de Sant'Egidio, sa première "oeuvre". Au terme de la journée chaque Communauté, petite ou grande, se recueille en prière autour du Seigneur pour écouter sa Parole et Lui adresser son invocation. Les disciples ne peuvent pas ne pas rester aux pieds de Jésus, comme Marie de Béthanie, pour choisir "la meilleure part" (Lc 10,42) et apprendre de Lui les mêmes sentiments (Phil 2,5).

Chaque fois la Communauté, revenant au Seigneur, fait sienne la demande du disciple anonyme: "Seigneur, apprends-nous à prier" (Lc 11,1). Et Jésus, maître de prière, continue à répondre: "Quand vous priez, dites: Abbà, Père".

Quand on prie, même dans le secret de son propre coeur, on n'est jamais isolés ou orphelins; on est de toute façon membres de la famille du Seigneur. dans la prière commune apparaît clairement, outre le mystère de la filiation, également celui de la fraternité.

Les Communautés de Sant'Egidio répandues à travers le monde se rassemblent dans les divers lieux choisis pour la prière et présentent au Seigneur les espérances et les douleurs des "foules désemparées et abattues" dont parle l'évangile (Mt 9,36). Dans ces foules anciennes sont inclus les habitants des villes contemporaines, les pauvres mis aux marges de la vie, tous ceux qui attendent d'être pris à la journée (Mt 20).

La prière commune recueille le cri, l'aspiration, le désir de paix, de guérison, de sens et de salut que vivent les hommes et les femmes de ce monde. La prière n'est jamais vide. Elle monte incessante vers le Seigneur afin qu'il change les pleurs en joie, le désespoir en allégresse, l'angoisse en espérance, la solitude en communion. Et que le Règne de Dieu vienne vite parmi les hommes.