news

"La solidarité est notre façon de répondre à la guerre." A Varsovie, Andrea Riccardi rencontre les communautés de Pologne et ceux qui ont dû quitter l'Ukraine

14 Mars 2022 - VARSOVIE, POLOGNE

L'Ukraine
La PologneAndrea Riccardi

Partager Sur

Après avoir visité la frontière entre la Slovaquie et l'Ukraine, Andrea Riccardi s'est rendu à Varsovie, où s'est créée le plus grand rassemblement de réfugiés provenant de zones de guerre, 260 000 réfugiés sur un total d'environ deux millions personnes qui sont entrées en Pologne.

La gare centrale est en effet un lieu de transit pour des milliers de personnes qui attendent une place dans le circuit d'accueil mis en place par les institutions et les nombreuses associations bénévoles actives ces jours-ci. Il y a également de nombreux réfugiés ukrainiens en transit vers d'autres villes de Pologne ou vers d'autres pays européens (Allemagne, Autriche, Suède, pour n'en citer que quelques-uns), qui attendent une correspondance : les trains sont gratuits, mais les attentes sont longues en raison de la multiplication des passagers.

Ceux qui ne peuvent pas monter dans les trains attendent à la gare pendant plusieurs jours. Les membres de Sant'Egidio - y compris de nombreux jeunes qui les ont rejoints ces derniers jours - se rendent chaque jour à la gare pour offrir toute l'aide nécessaire, ils les connaissent bien. Parmi eux figurent de nombreuses familles roms originaires de l'est de l'Ukraine, qui vivent depuis des années dans des maisons à Kiev. Andrea Riccardi les a rencontrés, exprimant l'amitié de la Communauté pour ces personnes, pauvres parmi les pauvres.

Andrea a également visité l'un des centres d'accueil de la capitale. Depuis le début de la guerre, la Communauté rencontre les familles ukrainiennes dans ces centres, leur offrant un logement plus stable dans des appartements mis à disposition par des bienfaiteurs ou loués, mais aussi la possibilité de se rendre en Italie et d'y être accueillis par les nombreuses personnes qui se sont adressées à la Communauté ces derniers jours, offrant la disponibilité de leur maison.

L'une des rencontres les plus émouvantes a été celle de Nelly, une femme âgée vivant seule dans une ville proche de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, qui a été lourdement bombardée la semaine dernière. Elle a eu du mal à entrer dans l'abri car elle a des problèmes de jambes. Sa fille et sa petite-fille, qui vivent à Bologne, l'ont convaincue de partir, malgré le fait qu'elle était seule et malade. Lorsque Nelly perdait espoir, à la frontière polonaise, grâce à un contact avec la Communauté de Rome, des personnes de Varsovie l'ont trouvée à la gare et l'ont emmenée à la Casa delle Sorelle, où vivent deux anciennes femmes sans abri qui s'occupent d'elle. À Andrea Riccardi, qui l'a rencontrée juste avant son départ pour l'Italie, elle a dit qu'elle avait encore dans les oreilles les terribles sons des sirènes et des bombardements, mais qu'elle avait rencontré des anges pendant son voyage.

A la fin de la visite, le dimanche matin, il y a eu une rencontre de la Communauté de Pologne avec les amis des Communautés de Sant'Egidio d'Ukraine qui ont dû quitter le pays et sont maintenant accueillis à Varsovie. "Une petite grande rencontre européenne, qui embrasse spirituellement le monde entier" a défini Andrea Riccardi, qui a encouragé tout le monde à répondre avec audace, attention et maturité aux nouveaux défis de ce temps de grande souffrance, en continuant à prier et à travailler pour la paix. "La solidarité, a-t-il dit, est notre façon de répondre à la guerre".