Prière de la vigile

Partager Sur

L'Église byzantine vénère aujourd'hui Saint Saba (†532), "archimandrite de tous les ermitages de Palestine".


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Celui qui vit et croit en moi,
ne mourra pas.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 9,35-10,1.5-8

Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.
Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles parce qu’elles étaient désemparées et abattues comme des brebis sans berger.
Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux.
Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »
Alors Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité.
Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains.
Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël.
Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche.
Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu,
dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jésus continue de parcourir les villes et les villages, " proclamant l'Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité ". Par ces paroles, Matthieu l'Évangéliste entend synthétiser la mission de Jésus et offrir aux communautés chrétiennes une vision claire de leur propre mission. L'évangéliste utilise un terme qui rend raison de la mission de Jésus : compassion. Jésus n'obéit pas à une règle, à une commande. Dieu n'a pas besoin d'exécutants, mais de personnes qui font preuve de compassion. C'est cela qui le fait avancer. La compassion évangélique est supérieure à l'émotion humaine. Le terme grec original (splanghizomai) indique une commotion viscérale, profonde. C'est cette compassion pour ces foules abandonnées sans pasteur qui conduit Jésus à devenir lui-même leur pasteur. C'est de cette compassion que naissent également l'appel des disciples et leur mission.
Cette page de l'Évangile interroge les communautés chrétiennes à propos de leur compassion envers les foules d'aujourd'hui, envers les grandes périphéries abandonnées, envers les pauvres dont le nombre augmente de partout à cause de la pandémie qui a frappé chaque zone du globe.
Lorsque le pape François demande à l'Église d'opérer une conversion missionnaire, il lui demande de retrouver la force de cette compassion qui nous incite à sortir, à ne pas rester dans notre propre clôture, tranquilles. D'autant plus qu'aujourd'hui la moisson est vraiment abondante. Et la disproportion entre la grande mission à accomplir et le faible nombre d'ouvriers est encore plus évidente. Elle est même préoccupante. Jésus exhorte ses disciples - et ceux d'aujourd'hui également - à invoquer le Père pour qu'il envoie des ouvriers pour cette moisson. Lui-même en choisit douze parmi les disciples, autant que les tribus d'Israël, pour qu'aucune d'elles ne demeure privée de l'Évangile. Et ils reçoivent un pouvoir réel : celui de transformer les cœurs, de vaincre le mal, de recueillir et d'aimer les pauvres, de hâter le royaume de Dieu.
C'est un pouvoir qui ne vient pas de l'argent, des sacs, des tuniques ou des choses de la terre, mais de l'amour sans limites que Dieu a répandu dans leur cœur : la compassion divine justement. Et Jésus ajoute : " Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. " Ce commandement est d'autant plus extraordinaire qu'il est contraire à la mentalité matérialiste de notre époque. Les chrétiens sont appelés à redécouvrir la gratuité du don - qui est une composante essentielle de l'amour évangélique - et à en témoigner. Cette première mission que Matthieu nous décrit est emblématique pour chaque génération chrétienne : il n'y a pas d'autres voies pour les disciples de Jésus.