Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur

Mémoire de sainte Claire d'Assise (†1253), disciple de saint François d'Assise sur le chemin de la pauvreté et de la simplicité évangéliques.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ezéchiel 2,8-3,4

Et toi, fils d’homme, écoute ce que je te dis. Ne sois pas rebelle comme cette engeance de rebelles. Ouvre la bouche, et mange ce que je te donne. »
Alors j’ai vu : une main tendue vers moi, tenant un livre en forme de rouleau.
Elle le déroula devant moi ; ce rouleau était écrit au-dedans et au-dehors, rempli de lamentations, plaintes et clameurs.
Le Seigneur me dit : « Fils d’homme, ce qui est devant toi, mange-le, mange ce rouleau ! Puis, va ! Parle à la maison d’Israël. »
J’ouvris la bouche, il me fit manger le rouleau
et il me dit : « Fils d’homme, remplis ton ventre, rassasie tes entrailles avec ce rouleau que je te donne. » Je le mangeai, et dans ma bouche il fut doux comme du miel.
Il me dit alors : « Debout, fils d’homme ! Va vers la maison d’Israël, et dis-lui mes paroles.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le prophète reçoit sa mission de Dieu lors d'une sorte de liturgie sacramentelle. Le Seigneur demande avant tout à Ézéchiel d'écouter et d'obéir : « Fils d'homme, écoute ce que je vais te dire. Ne sois pas rebelle ». Il ne sait pas quelle sera la tâche que le Seigneur va lui confier, mais la condition préalable est l'obéissance à la parole du Seigneur. Devant le Seigneur, nous sommes appelés avant tout à accueillir sa parole et à la mettre en pratique. C'est là le sens de notre foi. Nous devenons croyants justement si nous nous fions à la parole du Seigneur, en l'écoutant fidèlement et en la mettant en pratique à la lettre. C'est cela qui fait de nous des croyants et donc aussi des prophètes, autrement dit des gens capables de communiquer la parole de Dieu. Sans cette disponibilité à l'écoute — qui demande l'humilité de s'en remettre à un autre — on ne peut recevoir aucune mission. S'en remettre à Dieu n'est pas seulement la condition de toute mission, c'est, pour ainsi dire, la substance même de la foi. Le prophète voit la main que Dieu lui tend pour lui remettre un rouleau écrit des deux côtés. Il s'agit d'un parchemin écrit à l'intérieur et à l'extérieur. Il contient ce que le Seigneur veut communiquer et qui doit descendre dans les profondeurs du cœur et de la chair même du prophète. Il faut, en somme, qu'il se nourrisse de ce rouleau. C'est pourquoi le Seigneur lui demande de l'avaler. À la différence de Jérémie dont Dieu toucha les lèvres et qui reçut ainsi sa parole, Ézéchiel doit manger le rouleau : « Fils d'homme, mange ce qui est devant toi, et va parler à la maison d'Israël ». L'investiture prophétique est signifiée justement par le fait de manger le rouleau. Ainsi, le prophète ne parle pas à son initiative, mais doit lui-même devenir une parole vivante. Il doit communiquer la Parole de Dieu par son existence-même, par ses actes. Telle est l'autorité d'un prophète. Les anciens Pères de l'Église, conscients de cette perspective biblique, soulignaient la nécessité de se nourrir continuellement de la Parole de Dieu, de la ruminer sans cesse afin qu'elle imprègne de son sens et de sa force la vie même du croyant. Pour nous, manger le rouleau veut dire écouter chaque jour les Saintes Écritures, les apprendre, les méditer et en vivre. Et ainsi les communiquer. En outre, nous pourrions dire que ce rouleau écrit à l'intérieur et à l'extérieur représente une lecture spirituelle de la Bible : il convient en effet de lire la Parole en la reliant à notre vie de tous les jours. Derrière le sens littéral de ce qui est écrit, se cache en effet un sens spirituel : ce que ce texte dit à ma vie, à notre communauté, pour pouvoir changer le monde dans le sens que Dieu veut.