Le jour du Seigneur

Partager Sur

6e dimanche de Pâques
Mémoire du prophète Isaïe.


Première lecture

Actes des Apôtres 10,25-26.34-35.44-48

Comme Pierre arrivait, Corneille vint à sa rencontre et, tombant à ses pieds, il se prosterna.
Mais Pierre le releva en disant : « Lève-toi. Je ne suis qu’un homme, moi aussi. »
Alors Pierre prit la parole et dit : « En vérité, je le comprends, Dieu est impartial :
il accueille, quelle que soit la nation, celui qui le craint et dont les œuvres sont justes.
Pierre parlait encore quand l’Esprit Saint descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole.
Les croyants qui accompagnaient Pierre, et qui étaient juifs d’origine, furent stupéfaits de voir que, même sur les nations, le don de l’Esprit Saint avait été répandu.
En effet, on les entendait parler en langues et chanter la grandeur de Dieu. Pierre dit alors :
« Quelqu’un peut-il refuser l’eau du baptême à ces gens qui ont reçu l’Esprit Saint tout comme nous ? »
Et il donna l’ordre de les baptiser au nom de Jésus Christ. Alors ils lui demandèrent de rester quelques jours avec eux.

Psaume responsorial

Psaume 97 (98)

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !  
 

Deuxième lecture

1 Jean 4,7-10

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu.
Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui.
Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés.

Lecture de l'Évangile

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean 15,9-17

Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.
Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.
Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.
Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.
Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.
Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.
Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hier, j'ai été enseveli avec le Christ,
Aujourd'hui je ressuscite avec toi qui es ressuscité.
Avec toi j'ai été crucifié,
souviens-toi de moi, Seigneur, dans ton Royaume.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Homélie

En ce temps de Pâques, la liturgie nous fait souvent méditer le discours de Jésus aux disciples durant la dernière cène, comme Jean le rapporte. C'est le plus long des discours des Évangiles. Durant ce temps, pour maintenir la force du mystère de Pâques vive en nous, l'Église le découpe et le propose plusieurs fois. Pour indiquer aux disciples la qualité du rapport qu'ils doivent avoir avec lui, Jésus poursuit par l'allégorie de la vigne et des sarments : " Je suis la vigne et vous les sarments ". Puis il ajoute : " Personne ne possède un amour plus grand que celui-ci : donner sa vie pour ses amis ".
Il nous aime aussi de cet amour. Il répète qu'il le fait en premier, même sans notre mérite, son amour est gratuit. Dans sa première Lettre, Jean lui-même nous le rappelle : " En cela se trouve l'amour (chrétien) : ce n'a pas été nous qui avons aimé Dieu, mais c'est lui qui nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime d'expiation
pour nos péchés " (1 Jean 4,10). C'est l'amour dans lequel nous sommes appelés à demeurer, pour en être enveloppés. Pour nous le faire mieux comprendre, Jésus le réduit à un seul : " Voici mon commandement : que vous vous aimiez les uns les autres comme moi je vous ai aimés ". L'amour entre les disciples est l'unique commandement. Certainement, c'est l'amour par lequel le Père aime le Fils et le Fils aime les disciples. Voilà la plénitude : " Je vous ai dit ces choses pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit pleine ". L'amour de Jésus est un amour plein de joie, parce qu'il jaillit de la Pâques.
Ce n'est pas un amour enfermé dans les propres enclos, Pâques est pour le salut du monde, il en est de même de l'amour. Dès ses origines dans le sein même de Dieu qui " a tant aimé le monde jusqu'à donner son Fils unique, pour que quiconque croyant en lui ne soit pas perdu, mais ait la vie éternelle. " (Jean 3,16). D'où l'urgence de transmettre cet amour jusqu'aux confins de la terre, comme Jésus lui-même dit aux disciples : " c'est moi qui vous ai choisis et vous ai institués pour que vous alliez et portiez du fruit, et que votre fruit demeure ". L'amour doit porter des fruits pour le monde. C'est de la même nature. A cause de cela, peu auparavant, Jésus avait dit aux disciples : " de la manière dont vous aimerez, tous sauront que vous êtes mes disciples " (cfr. Jean 13,35). La communion des frères et des sœurs - la fraternité que nous sommes appelés à vivre et à goûter - est la force qui change le monde.